Connaître l’entreprise pour préparer un entretien d’embauche : élément d’évaluation ou rite de passage ?

Se renseigner sur l’entreprise avant l’entretien de recrutement : d’une pratique attestée à une norme sociale

Les candidats à une offre d’emploi recherchent des informations sur l’entreprise dans laquelle ils vont postuler afin de préparer l’entretien ou choisir le poste qui leur conviendra, a priori, le mieux. Ce comportement a évolué avec le développement des outils numériques.

Cette pratique est mise en évidence par différentes enquêtes :

 

  • Emplois et réseaux sociaux RegionJob      Juillet 2012    8116 candidats en France            http://groupe.regionsjob.com/etudes/liste.aspx
  • Le recrutement via les réseaux sociaux : mythe ou réalité ? Stepstone Juillet 2013 Synthèse de 4 enquêtes internationales

http://www.stepstone.fr/espace-recruteur/nos-conseils-recrutement/enquetes-internationales/

Ces enquêtes portent sur des échantillons différents et différentes cultures ce qui rend leur comparaison délicate. Elles portent cependant quelques données pertinentes. La première enquête numéro 1 de Stepstone en Juillet 2011 précise que « 95 % des personnes en recherche d’emploi glanent des informations sur l’employeur auprès duquel elles postulent. Seule une minorité (5 %) postulera sans effectuer la moindre recherche » (enquête 1 p.10).  Si en 2011, les réseaux personnels sont les plus utilisés et sont considérés comme fiables. Ensuite vient internet : « Internet est la première source média – moteurs de recherche et sites d’emploi en tête (consultés respectivement par 62 % et 43 % des chercheurs d’emploi) » (enquête numéro 1 p. 10). La recherche sur internet avait en 2011 un impact important pour la décision de candidater : « 95 % des chercheurs d’emploi vérifient la réputation de leur potentiel employeur avant de postuler à un emploi. La bonne ou la mauvaise marque Employeur d’une entreprise aura une influence significative sur la décision d’un chercheur d’emploi de postuler ou non auprès d’elle. » (enquête numéro 1 p. 9). Cette première enquête montre l’importance de la prise de renseignement sur l’entreprise avant le recrutement et l’importance du réseau personnel et d’internet.

La deuxième enquête réalisée par Regionjob en juillet 2012 en France arrive à la conclusion suivante : « 87% effectuent ainsi une recherche sur les entreprises auprès desquelles ils souhaitent candidater. 58% abandonnent l’idée de postuler suite à des informations négatives trouvées sur le web, alors que 71% déposent leur candidature suite aux informations positives trouvées alors qu’ils ne l’envisageaient pas au départ ». (enquête numéro 2 p.13). L’influence de la réputation de l’entreprise perçue par les chercheurs d’emploi est ainsi importante en 2012. 48% de l’échantillon interrogé a un bac+4 ou bac+5.

L’enquête numéro 3 montre que les chercheurs d’emploi, très présents sur les réseaux sociaux professionnels (81% ont au moins un compte, enquête numéro 3 p.6),  sont rarement contactés : « 44% d’entre eux qui utilisent les réseaux sociaux dans leur recherche n’ont jamais été contactés pour se voir proposer un emploi » (enquête numéro 3 p.11).

L’enquête numéro 4 de RegionJob publiée en Octobre 2014 stipule : « C’est un constat qui se répète d’année en année : les candidats s’informent en ligne sur les entreprises avant de postuler. Cette année encore, ils sont 85% à le faire. Ils effectuent ces prises de renseignements en priorité sur les moteurs de recherche (à 96%) et sur les sites emploi (à 47%). 78% affirment que ces résultats influencent leurs candidatures. 55% ont déjà abandonné l’idée de postuler car ces informations ne leur convenaient pas, tandis que 78% ont finalisé la démarche car les informations étaient positives » (enquête numéro 2 p.6). Mais malgré cette recherche en ligne devenue généralisée et aux enjeux importants, les contacts avec l’entreprise restent rares : « 21% des personnes interrogées sont abonnées à des pages d’entreprises dédiées au recrutement sur les réseaux sociaux. Et 92% interagissent rarement ou jamais avec ces mêmes pages » (enquête numéro 4 p. 7).

Enfin, l’enquête numéro 5 américaine réalisée par Jobvite regrette que « Despite 43% recruiters of job seekers using mobile in their job search, 59% of recruiters currently invest nothing in mobile career sites[1]” (enquête numéro 5 p.16). Cette même enquête montre que 38% des recrutés restent seulement entre 3 et 5 ans dans la même entreprise (enquête numéro 5 p.4.)

La recherche d’information avant de postuler est ainsi répandue et semble stable (enquêtes de 2011 à 2014) mais modifie peu les pratiques d’échanges ou des médias utilisés. En synthèse, les chercheurs d’emploi recherchent des informations sur internet notamment et décident de postuler ou non selon les résultats de leur évaluation.

Cette démarche de recherche et d’évaluation de l’entreprise est ainsi réelle et prouvée mais aussi prescrite. En effet, une recherche dans Google sur les mots clefs « se renseigner sur une entreprise » renvoie principalement des sites pour la préparation à l’entretien de recrutement. Par exemple, en septembre 2014, FedFinance, agence de recrutement conseille aux candidats :  « Si l’entreprise en question possède un site internet, la rubrique <qui sommes nous> ou <nous connaître> vous permettra d’avoir une première idée de ses activités et de dégager un portrait global de la structure. Les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter, ainsi que les réseaux sociaux professionnels comme Viadeo ou Linkedin vous mettront en contact direct avec l’entreprise. Le ton des publications, les thèmes développés, la fréquence des postes vous donneront une idée plus précise des priorités de l’entreprise, de ses valeurs, de son éthique et vous permettront de bien préparer votre entretien d’embauche » (source : http://www.fedfinance.fr/preparer-un-entretien-dembauche-bien-se-renseigner-sur-lentreprise consulté le 3 avril 2015). De même, Talento titre un de ses billets de blog en juin 2014  : « La clef d’un entretien d’embauche réussi ? Se renseigner sur l’entreprise ! » (source : http://www.talenteo.fr/reussir-entretien-embauche-recrutement/  ). Et pour connaître la réputation de l’entreprise, il est conseillé :  «  La première chose à faire est d’en parler autour de vous : famille, amis, collègues ou ex-collègues peuvent déjà connaître l’entreprise pour y avoir travaillé ou pour connaître quelqu’un qui en a été salarié, client, fournisseur, etc. […] Prenez également la température sur les réseaux sociaux : service après-vente sur Twitter, page Facebook active avec des commentaires non censurés, page Google+, etc. Vous pouvez bien sûr rechercher ce qu’on appelle les <ambassadeurs> de l’entreprise : des salariés qui affichent ouvertement leur appartenance à la société sur les réseaux sociaux et qui relaient son actualité ».

Une infographie (en anglais) met en évidence des recherches d’informations scolopendriques tant elles sont nombreuses : http://www.collegeatlas.org/21-secrets-to-nailing-a-business-job-interview.html

Ainsi, les chercheurs d’emploi sont fortement incités à se renseigner sur l’entreprise et, au moins pour les candidats diplômés, le font de façon quasiment systématique.

La pratique de l’évaluation de l’employeur est ainsi devenue une ‘norme’ sociale prescrite et suivie qui s’inscrit dans un contexte de développement de la marque employeur (Viot et Benraïss-Noailles 2013, Charbonnier-Voirin et  et Vignolles 2015).

Mais que représente réellement cette exigence de recherche d’information ?

Dans un contexte de marché de l’emploi tendu, l’intérêt de cette démarche du côté des candidats pose question. En effet, même si certains métiers et secteurs sont mieux placés (par exemple : http://bmo.pole-emploi.org/static/bmo2015 ), de nombreux candidats n’ont pas le choix et la connaissance de l’entreprise ne débouche pas toujours sur une décision. Les enjeux sont ainsi ailleurs.

Les organisations ont intérêt à ce que les candidats fassent cette démarche notamment pour sélectionner les « talents » (« un ensemble de compétences personnelles tout à fait originales » Thévenet 2009). Les « talents » vont se renseigner sur l’entreprise, vont consulter le site web… Talent ou conformisme ? Mais alors, la consultation pendant quelques minutes d’informations sur internet permet-elle d’approcher la complexité d’une organisation ? Et comment penser que ce butinage peut permettre l’évaluation d’une compétence ? La démarche ressemble ainsi plus à un élément rituel inséré lui-même dans le rite de passage (Jardel et Loridon 2000) que constitue un recrutement.

Dans le même temps, pour des raisons sans doute à analyser, la quantité d’informations sur les entreprises, du moins les plus grandes, augmente et échappe en partie à ces dernières (témoignages d’employé sur Glassdoor par exemple). De l’information, des données mais quelle utilisation finalement ?

 

Pour citer cet article : Daniel Pélissier, "Connaître l’entreprise pour préparer un entretien d’embauche : élément d’évaluation ou rite de passage ?," dans Présence numérique des organisations, 10/09/2015, http://presnumorg.hypotheses.org/102.

 

Bibliographie

Charbonnier-Voirin  et Vignolles 2015 : Audrey Charbonnier-Voirin et Alexandra Vignolles, «Marque employeur interne et externe » Un état de l’art et un agenda de recherche, Revue française de gestion, 2015/1 N° 246, p. 63-82.

Jardel et Loridon 2000 : Jean-Pierre Jardel, Christian Loridon, Collection  Tendances – Les Echos, 2000, Les rites dans l’entreprise, Une nouvelle approche du temps

Martin 2014 : Pascal Martin, « L’implication des talents dans le développement des entreprises de taille intermédiaire », Revue française de gestion 2014/7 (N° 244), p. 149-163.

Thévenet et Vercouster 2009 : Maurice Thévenet et Dominique  Vercoustre, « Les dangers et les limites de l’hyperbole des talents », Tous talentueux, Peretti J.-M. (dir.) Éditions Eyrolles, Paris, p. 419-450

Viot et Benraïss-Noailles  2013 : Catherine Viot and Laïla Benraïss-Noailles, “Employeurs démarquez-vous ! La marque employeur, un gisement de valeur inexploité ?,” Management international, vol. 3, no. 18, pp. 60–81, 2013.

 

Webographie : les liens ont été vérifiés le jour de la publication  de ce billet le 10 septembre 2015.

 

[1] Bien que 43% des chercheurs d’emploi utilisent leur téléphone mobile pour leur recherche, 59% des recruteurs n’investissent pas du tout dans les sites internet mobiles.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *