Pourquoi et comment utiliser la lexicométrie pour l’analyse de focus groups ?

Pour citer cet article : Daniel Pélissier, "Pourquoi et comment utiliser la lexicométrie pour l’analyse de focus groups ?," dans Présence numérique des organisations, 11/07/2016, https://presnumorg.hypotheses.org/214.

La lexicométrie a étudié des discours écrits (articles de journaux, discours politiques etc.) et des réponses à des questions ouvertes (Lebart et Salem 1988) puis s’est intéressée aux conversations orales retranscrites (Rouré et Reinert 1993, Bonneau et Dister 2010). L’analyse de discours oraux retranscrits est en effet plus délicate en raison de phrases en général plus courtes, de syntaxes particulières (négations partielles, champs lexicaux, forme d’ironie etc.). Les focus groups appartiennent à cette famille de données : « les focus groups sont des discussions de groupe ouvertes, organisées dans le but de cerner un sujet ou une série de questions pertinents pour une recherche […] ces groupes peuvent être utilisés pour toutes les questions qui requièrent une investigation sur la façon dont se déroule une discussion » Kitzinger et al. 2004 p. 238.

Selon certains auteurs, ce type de données est difficile à analyser avec des logiciels de lexicométrie : « le discours produit est trop déstructuré pour se prêter aisément à des traitements qui supposent une certaine stabilité des significations des mots employés » (Duchesne et Haegel 2014 p. 97).

Pour autant, cette méthode a été utilisée dans plusieurs études (Hulin 2013, Bengough et al. 2015, Grésillon et al. 2012, Brangier et al. 2015, Guerrero et al. 2009 par exemple) et des articles ont été publiés sur cette méthode particulière (Dransfield et al. 2004, Peyrat-Guillard  et al. 2014).

Ainsi, la question de l’usage de la lexicométrie pour l’analyse des focus groups, sans devoir être écartée trop rapidement, se pose tant aux niveaux des enjeux que des méthodes. Nous proposerons dans ce billet quelques débuts de pistes de réflexions.

Des enjeux multiples

D’abord, le problème de l’homogénéité des discours dans le cas des focus groups peut-être relativisée. En effet, certains collectifs sont issus d’un même groupe social (étudiants, métier identique etc.) ce qui limite l’hétérogénéité. De plus, pour un même individu, la nature et la structure du discours peuvent aussi varier au cours d’un entretien selon le thème abordé.

De plus, les réponses dans un focus group sont plus ou moins longues selon la dynamique du groupe (Peyrat-Guillard et al. 2014). Des logiques d’influence vont aussi conduire certains individus à asseoir longuement leurs discours, ‘monopoliser la parole’. A contrario, l’absence de débats peut conduire à des acquiescements rapides. Si la longueur des segments de texte peut effectivement être un frein pour certaines méthodes lexicométriques comme la classification de Reinert, associer des réponses courtes aux focus groups est un principe trop général qui demande à être contextualisé.

Enfin, l’approche lexicométrique peut être utilisée avec une autre méthode comme l’analyse thématique (Bengough et al. 2015).  La complémentarité des méthodes, soulignée en recherche qualitative, encourage à croiser les outils de préparation de l’analyse. Dans ce cadre, l’usage de la lexicométrie peut aussi être envisagé comme un outil supplémentaire, complémentaire.

Ainsi, s’interdire l’usage de la lexicométrie pour la préparation de l’analyse des focus groups ne semble pas être un choix fondé dans l’absolu mais suppose plutôt un questionnement ad-hoc de son contexte de recherche et de son corpus.

Méthodologies d’analyse

La méthodologie d’analyse d’un focus group dans le cadre de la lexicométrie pose plusieurs questions et notamment : doit-on garder le texte du modérateur du groupe ? Comment partitionner le texte ? Quelle méthode statistique utiliser ?

Les textes des modérateurs sont souvent enlevés du focus groups (Peyrat-Guillard et al. 2014, Guerrero et al. 2009) car ses interventions, dans le cadre d’un focus group servent à fluidifier les échanges sans les orienter. Cependant, il peut être conseillé de comparer les résultats avec ou sans les interventions du modérateur (Peyrat-Guillard et al. 2014 p. 527).

La deuxième question porte sur la partition du texte issu du focus group. Plusieurs méthodes existent et sont synthétisées dans ce schéma (les méthodes ont été nommées par l’auteur du billet) :

schema_fg_v2

 

Une première possibilité est d’analyser le focus group comme une entité sans prendre en compte les échanges entre les individus :

  • soit chaque focus group (2.1 dans le schéma) constitue un texte sans distinction d’individu (Dransfield et al. 2004 p. 487) ; l’argument avancé par les utilisateurs de cette méthode est de faciliter les analyses statistiques ;
  • soit le focus group est partitionné en thèmes (2.2 dans le schéma) à partir d’une analyse de contenu (Bengough et al. 2015 p. 4) ; cette approche permet de comparer par exemple les résultats d’une analyse thématique avec celle proposée au chercheur par la lexicométrie.

La deuxième famille de partition est celle qui souhaite conserver les échanges du focus group :

  • soit la partition est centrée sur les individus (1.1 dans le schéma), dite ‘decrowded’ (Peyrat-Guillard et al. 2014 p. 519) ; les textes des interventions de chaque individu sont rassemblés (Guerrero et al. 2009 p. 347) ;
  • soit chaque intervention est considérée comme un texte (1.2 dans le schéma), approche dite ‘crowded’ (Peyrat-Guillard et al. 2014 p. 519).

Chacune de ces méthodes a des avantages et des inconvénients et notamment :

Méthode Avantages Inconvénients
Inductif Simple, codage rapide Pas de repérage des individus
Déductif Simple, comparaison autre analyse Pas de repérage des individus, regroupement ‘arbitraire’
Individus (decrowded) Temps de codage court, adapté aux interventions courtes Pas de suivi de l’émergence du sens
Interactions

(crowded)

Repérage de l’émergence du sens Temps de codage long

 

La méthode dite des interactions ou crowded a pu être étudiée. Les auteurs notent : “in summary, the crowded technique offers more advantages than drawbacks when the goal is to analyze the emergence of themes in a conversation” (Peyrat-Guillard et al. 2014 p. 527). Mais, de façon plus générale, la méthode devrait être adaptée aux objectifs et contexte de la recherche.

Enfin, une fois le corpus établi, reste à choisir la méthode d’analyse statistique. Si la classification de Reinert est souvent citée dans la littérature (Peyrat-Guillard et al. 2014, Hulin 2013, Duchesne et al. 2010, Brangier et al. 2015, Gresillon et al. 2012, Freitas et Luis 2015) d’autres techniques sont impliquées comme l’analyse factorielle (Dransfield et al. 2004, Guerrero et al. 2009) ou plus rarement l’analyse de similitude (Bengough et al. 2015 p. 7). Comme pour la partition, la méthode statistique dépendra de l’objectif de recherche ; il semble de bon sens de ne pas se limiter à la classification de Reinert.

Choix de méthodes sous contraintes

Il apparaît ainsi que les focus groups peuvent être analysés par le chercheur à l’aide de la lexicométrie et que cette pratique est attestée par de nombreuses études même si ce billet rapide ne propose que certaines d’entre elles. Cependant, certaines questions méthodologiques (prise en compte des questions du modérateur, partition du corpus, outil statistiques) influencent la qualité et la pertinence des résultats. Les réponses à ces questions méthodologiques devraient se faire en fonction des objectifs de la recherche. Mais il apparaît que parfois, le contexte de la recherche (moyens financiers, compétences technique) ou certaines représentations sur la lexicométrie orientent finalement plus les décisions.

Le fichier joint à ce billet explique, pas à pas, comment préparer un corpus avec la méthode centrée sur l’individu (decrowded) pour une analyse avec le logiciel Iramuteq dans l’espoir de limiter, dans une certaine mesure, certains freins techniques. Les étapes suivantes sont répétées pour chaque focus group :

  1. Export des textes des focus groups au format txt
  2. Suppression des questions (expressions régulières dans Notpad++) et des lignes vides
  3. Création d’un tableau de correspondance des variables (Libre Office Calc)
  4. Modification des entêtes des lignes (remplacer dans Notepad++)
  5. Finalisation de la préparation du corpus : vérification, points de synchronisation

Mais, de façon plus générale, dans quelle mesure les aspects techniques de mises en oeuvre sont-ils des freins ou des prétextes dans la décision d’utilisation d’une méthode ? De même, la complexité d’une méthode est-elle un gage de pertinence ? Enfin, vaut-il mieux une méthode acceptée ou une méthode adaptée ?

 

Télécharger le tutoriel de préparation de corpus Focus Group pour Iramuteq

 

Bibliographie

(en gras, les articles utilisant Iramuteq)

 

* T. Bengough, E.Bovet, C. Bécherraz, S. Schlegel, B. Burnand et V. Pidoux, “Swiss family physicians’ perceptions and attitudes towards knowledge translation practices,” BMC Family Practice, pp. 1–12, 2015.

* J. Bonneau et A. Dister, “Logométrie et modélisation des interactions discursives. L’exemple des entretiens semi-directifs,” Journées Internationales d’Analyse Statistique de Données Textuelles (JADT), pp. 253–264, 2010.

* E. Brangier, J. Barcenilla, C. Bornet, B. Roussel, R. Vivian et A. Bost, “Prospective ergonomics in the ideation of hydrogen energy usages,” presented at the Proceedings 19th Triennial Congress of the IEA, 2015.

* E. Dransfield, G. Morrot, J.-F. Martin etT.-M. Ngapo, “The application of a text clustering statistical analysis to aid the interpretation of focus group interviews,” Food Quality and Preference, vol. 15, no. 4, pp. 477–488, 2004.

* S. Duschesne, F. Haegel, E. Frazer, V. Van Ingelgom, G. Garcia et A.-P. Frognier, “Europe between integration and globalisation social differences and national frames in the analysis of focus groups conducted in France, francophone Belgium and the United Kingdom,” Politique européenne, vol. 30, no. 1, pp. 67–105, 2010.

* S. Duschesne et F. Haegel, L’entretien collectif, Armand Colin. Paris, 2014.

* E. A. M. Freitas et M. A. V. Luis, “Perception of students about alcohol consumption and illicit drugs,” Acta Paul Enferm., vol. 28, no. 5, pp. 408–414, 2015.

* E. Gresillon, M. Cohen, J. Lefour, L. Goeldner et L. Simon, “Les trames vertes et bleues habitantes : un cheminement entre pratiques et représentations. L’exemple de la ville de Paris (France),” Développement durable et territoires, vol. 3, no. 3, 2012.

* L. Guerrero, M. D. Guàrdia,  J. Xicola, W. Verbeke, F. Vanhonacker, S. Zakowska-Biemans,  M. Sajdakowska, C. Sulmont-Rossé, S. Issanchou, M. Contel,  M. Luisa Scalvedi, B. Signe Granli, M. Hersle, “Consumer-driven definition of traditional food products and innovation in traditional foods. A qualitative cross-cultural study,” Appetite, vol. 52, no. 2, pp. 345–354, 2009.

* T. Hulin, “Enseigner l’activité « écriture collaborative »,” tic&société, vol. 7, no. 1, pp. 89–116, 2013.

* J. Kitzinger, I. Markova, et N. Kalampalikis, “Qu’est-ce que les focus groups ?,” Bulletin de psychologie, vol. 57, no. 3, pp. 237–243, 2004.

* L. Lebart et A. Salem, Analyse statistique des données textuelles, Dunod. Paris, 1988.

* D. Peyrat-Guillard, C. Lancelot Miltgen et S. Welcomer, “Analysing conversational data with computer-aided content analysis: The importance of data partitioning,” Journées internationales d’Analyse statistique des Données Textuelles, pp. 519–530, 2014.

* H. Rouré et M. Reinert, “Analyse d’un entretien à l’aide d’une méthode d’analyse lexicale,” Journées Internationales d’Analyse Statistique de Données Textuelles (JADT). International Conference on textual data analysis, 1993.


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. D. Pélissier dit :

    Compléments sur les expressions régulières.avec Notepad++ :

    Si vous souhaitez supprimer TOUS les noms issus du corpus SONAL du type : [>Marc]:
    Vous pouvez utiliser l’expression régulière :

    \[>\w+\]:

    c’est à dire :
    \ : caractère échappement
    \w : n’importe quel caractère
    + : nombre de répétitions infinies

    Idem pour les repérages de verbatim comme {+4}

    \{\+\w\}

    Et les temps comme [454,12]

    \[\w+\,\w+\]

  2. Mathieu Fusi dit :

    Merci pour cet article intéressant, mais j’aurais aimé en savoir plus sur ce que nous permet de comprendre la lexicométrie dans le cadre d’une utilisation pour un focus group par rapport à d’autres méthodes.

    • Daniel Pélissier dit :

      Merci pour votre commentaire et votre question qui cible un point très important du débat scientifique.
      Je ne pourrai pas répondre rapidement sur l’intérêt de la lexicométrie de façon générale pour aider à l’analyse de données qualitatives. Je vous conseille la lecture d’articles de la revue en ligne Lexicometrica : http://lexicometrica.univ-paris3.fr/news.html
      Par ailleurs, la bibliographie fournie avec cet article de blog me semble proposer des pistes intéressantes notamment l’article récent (et en anglais) de Peyrat-Guillard et al. 2014.
      Pour ma part, j’ai eu l’occasion d’utiliser l’analyse de similitude (voir Lucie Loubère 2016 http://lexicometrica.univ-paris3.fr/jadt/jadt2016/01-ACTES/83440/83440.pdf) en particulier sur des focus groups. En effet, j’avais commencé par une analyse de contenu par l’approche thématique. Mais, la validation des thèmes, pourtant centrale, est délicate. Le calcul d’indicateurs de fiabilité des thèmes ou catégories (indice de fidélité de Scott, coefficient d’accord de Cohen etc.) me parait croiser les subjectivités de différents chercheurs. Si cette approche me semble tout de même intéressante, je souhaitais essayer une autre voie. La lexicométrie m’a permis de croiser (et non pas valider) les résultats de l’analyse thématique avec une autre préparation des données. Car, comme il a été précisé dans un autre article de ce blog, la lexicométrie n’est pas un outil qui analyse mais une méthode utilisant des statistiques et qui prépare l’analyse du chercheur.
      Ainsi, dans ma pratique, la lexicométrie est investie pour croiser son propre regard avec celui plus ‘statistique’ d’Iramuteq. Le résultat a permis de repérer des structures inattendues et l’importance de certaines formes lexicales dans les discours qui n’apparaissait pas de façon évidente à la lecture initiale.
      Par ailleurs, l’analyse de spécificité peut aussi faciliter le repérage des caractéristiques de certains discours à condition d’avoir choisi des variables adaptées dans son corpus. Comme pour l’analyse thématique, cet objectif de recherche est accessible par d’autres méthodes que la lexicométrie. Et dans ce cas aussi, la lexicométrie favorise le croisement de regards sur un même ensemble de données qualitatives. De même, je plaide pour une utilisation de la lexicométrie pas uniquement sur du ‘big data’. Si elle est particulièrement adaptée aux volumes importants, elle peut aussi être intéressante pour des corpus de moindre importance.
      Je vous encourage pour les focus groups en particulier à consulter la bibliographie de cet article qui devrait vous fournir des informations plus précises en espérant avoir répondu au moins partiellement à votre question.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *