Comment comprendre l’internaute observaCteur ? La méthode de l’autoconfrontation simple Partie 1 : AVANT l’entretien

Pour citer cet article : Daniel Pélissier, "Comment comprendre l’internaute observaCteur ? La méthode de l’autoconfrontation simple Partie 1 : AVANT l’entretien," dans Présence numérique des organisations, 20/10/2016, http://presnumorg.hypotheses.org/235.

La majorité des internautes naviguent sur internet sans laisser d’autres traces que les logs sur les serveurs des fournisseurs d’accès (voir article : https://presnumorg.hypotheses.org/25). L’étude de ces internautes est problématique. En effet, si l’approche compréhensive, qualitative est privilégiée dans cet article, il existe plusieurs méthodes possibles comme les entretiens thématiques individuels ou collectifs pour étudier des discours dits déclaratifs et a posteriori.

Nous préférons des méthodes d’observation qui favorisent une approche qui nous semble plus profonde et réaliste de la navigation. Nous avons ainsi investi la méthode de l’autoconfrontation. En effet, elle permet une observation détaillée de l’activité de navigation et facilite l’accès aux représentations de l’acteur (Saint-Dizier de Almeida, 2015).

L’autoconfrontation simple consiste  à enregistrer l’activité de l’acteur puis à le confronter à cette trace filmée lors d’un entretien (Boubée 2010) et peut être schématisée de la façon suivante :

fig1_schema_autoconfrontation_simple

Figure 1. Schéma de l’autoconfrontation simple

 

L’autoconfrontation est ainsi une méthode d’observation de l’activité au cours de laquelle plusieurs observations sont réalisées :

fig2_observation_autoconfrontation_simple

Figure 2. Autoconfrontation et observation

Voici un exemple appliqué à la navigation internet :

Plusieurs problématiques se posent au chercheur lors de la mise en place d’un entretien d’autoconfrontation, questions que nous exposerons de façon chronologique : l’échantillon en qualité en quantité, l’approche du terrain, le cadrage de l’activité, la sélection de l’enregistrement, le temps entre l’activité et la confrontation, le cadrage de l’entretien.

Un échantillon limité et situé

Les échantillons avec cette méthode sont très variés : un musicien dont différentes traces de l’activité a été étudiée (Thereau 2010) ou 22 sportifs professionnels ayant analysé des matchs (Campo et al. 2016). Ils dépassent rarement la vingtaine d’entretiens car cette méthode est coûteuse en temps (Boubée 2010). En effet, les trois phases nécessaires (enregistrement, sélection et confrontation) exigent un investissement pour le chercheur plus important que pour des entretiens semi-directifs par exemple.

De même, les échantillons sont situés et correspondent à des contextes problématiques pour les acteurs : la gestion de la classe pour un enseignant (Griggs et al. 2008) ou encore la vente en face à face pour un commercial (Saint Dizier de Almeida 2015). Ce choix souvent implicite est lié à la notion de confrontation d’un acteur à une situation, processus qui ne peut avoir lieu qu’avec une implication réelle. Dans la même logique, les participants sont parfois experts (Clot et Leplat 2005, Cuvelier et Falzon 2015) de l’activité ce qui garantit un intérêt pour la confrontation dans une visée de développement professionnel. La relation de l’acteur avec la situation confrontée serait une condition préalable à la mise en œuvre de la méthode, la figure de l’expert étant l’exemple type.

L’approche du terrain, entre ethnographie et recueil des données

Plusieurs auteurs insistent sur l’importance de l’imprégnation du terrain par le chercheur. Par exemple, Faye et Falzon (2009) conseillent d’apprendre le métier analysé pour se familiariser avec la situation, repérer des faits saillants, accroitre sa crédibilité et accoutumer les acteurs à la présence du chercheur (Faye et Falzon 2009 p. 917). Ainsi, un des chercheurs de cette étude a passé un mois avec des ouvriers pour apprendre le travail à la chaîne. Cette approche est de nature ethnographique. De même, Boyer et al. (2015) soulignent l’importance de l’observation participante pour faciliter l’accès au terrain (Boyer et al. 2015 p. 87). Cette dernière favorise la construction progressive de la place du chercheur, l’instauration d’une confiance mutuelle entre acteur et chercheur. Le chercheur immergé recueillera sur le long cours des données comme l’illustre le cas d’une expédition polaire (Lièvre et Rix Lièvre 2013). Nous pensons aussi que l’exigence de la confrontation à ses propres traces d’activité est un processus psychologique qui suppose une confiance certaine entre le chercheur et l’acteur, peut-être plus problématique que pour d’autres entretiens qualitatifs moins impliquants pour l’acteur.

Le cadrage de l’enregistrement vidéo de l’activité

Une fois le terrain déterminé et approché, s’impose le choix de la méthode de cadrage de l’enregistrement vidéo de l’activité. Plusieurs possibilités se présentent au chercheur :

  Externe Interne
Une source Boyer et al. 2015 Rix Lièvre 2010
Plusieurs sources Le Blanc et al. 2013 Lièvre et Rix Lièvre 2013

Tableau 1 Possibilités de cadrage de la vidéo de l’activité

Le premier choix concerne le nombre de sources de données pour l’autoconfrontation. Boyer et al. (2015) par exemple utilisent des vidéos officielles de match de rugby comme source unique de l’autoconfrontation. Le Blanc et al. (2013) par contre croisent deux sources de données : un plan large pour embrasser l’ensemble des acteurs d’une salle de classe, élèves et enseignant ; et un plan serré sur l’enseignant pour saisir des moments particuliers.

La deuxième décision porte sur la vue externe à l’acteur, ou interne ou subjective (Rix Lièvre 2010). La vue qualifiée dans cet article d’interne suppose l’utilisation d’une caméra embarquée. Par exemple, Rix Lièvre (2010) étudie les décisions d’arbitre ou Lièvre et Rix Lièvre (2013) analysent une expédition polaire. Les évolutions technologiques permettent l’usage de ce type de matériel qui offre l’avantage d’immerger l’acteur dans l’activité et de réduire la distance entre vidéo et réalité (Rix Lièvre 2010). Certains auteurs considèrent que cette technique empêche l’étude des gestes (Leblanc 2013 p. 10).

Dans le cas de la navigation web, le choix externe correspondra à un cadrage intégrant à la fois l’internaute et l’écran du dispositif numérique, la difficulté étant de pouvoir lire correctement la navigation. Le choix interne concernera l’usage de logiciels de capture d’écran comme l’exemple présenté en début d’article.

La sélection des données enregistrées

Une fois les données vidéo de l’activité enregistrées, le chercheur décide de la sélection des données à confronter à l’acteur : soit il conserve l’intégralité des données pour l’entretien d’autoconfrontation, soit lui et/ou l’acteur sélectionnent les passages qu’ils jugent pertinents.

Quand il est décidé de conserver l’ensemble des données, l’argument avancé est de garder une certaine ouverture au terrain et ne pas trop orienter l’entretien par des sélections : « nous ne développons pas de scénarisation a priori du recueil vidéo avec ce qui serait des attentes fortes sur ce que l’on voudrait voir apparaître » (Leblanc et al. 2013 p. 4).

La sélection des séquences est réalisée pour centrer l’attention sur des faits saillants pour l’acteur (Rix Lièvre 2010 p. 367) par exemple. Ce processus est réalisé parfois par le chercheur (Faïta et Vieira 2003 p. 127). Dans ce cas, l’objectif est d’avoir une représentation fidèle à l’activité et non aux discours des acteurs ou encore pour choisir des données correspondant à la problématique de recherche (Prost et al. 2013, Faye et Falzon 2009). Dans d’autres recherches, la sélection est réalisée par l’acteur comme dans la récente étude menée auprès de sportifs professionnels qui devaient sélectionner des passages selon l’intensité émotionnelle ressentie (Campo et al. 2016). Plus souvent, la sélection est réalisée par le ou les chercheurs et les acteurs : « C’est aussi ce collectif qui déterminera les séquences d’activité qui seront filmées. Nous n’avons jamais renoncé à défendre notre propre point de vue de chercheur sur les choix opérés par le collectif. Nous pensons qu’il est utile à la constitution du point de vue du collectif sur la méthodologie qu’il se fasse au besoin contre celui des chercheurs et pas simplement à côté de lui » (Clot et al. 2000 p.4). Dans ce cas, le choix partagé renvoie aussi à une relation au terrain de nature ethnographique (Rix Lièvre 2010). Ces recherches sont intégrées à un processus plus large de développement professionnel et la sélection correspond alors à la mise en place de conditions propices à une transformation du métier.

Que ce soit un choix du chercheur ou de l’acteur, la justification de cette opération n’est pas toujours analysée. Comme le note D. Faïta (2007), ces choix ne sont pas anodins et l’examen des décisions parfois implicites des chercheurs pose problème : « dans les faits, les séquences retenues pour faire office de représentations réalistes du vécu des acteurs confrontés sont de nature extrêmement variable » (Faïta 2007 p. 5). Et cette variabilité posera notamment des problèmes de comparaison, de transfert et de validité des résultats.

Le temps entre activité et confrontation

Le temps entre l’enregistrement de l’activité et la confrontation de l’acteur est questionné par les auteurs ayant utilisé cette méthode. En effet, la réflexivité suppose une bonne mémorisation de l’activité (Mollo et Falzon 2004, Boubée 2010) et un laps de temps court limite le biais mémoriel. A contrario, une durée importante pose le problème de la réactivation des mécanismes cognitifs par l’acteur. De plus, une des limites de l’autoconfrontation concerne le jeu de l’acteur lors de l’entretien qui peut être spectateur de son activité (Leblanc et al. 2013). Un délai long risque en effet de favoriser des généralisations et non des commentaires propres à l’activité filmée.

Dans les études que nous avons consultées, les délais vont d’une semaine (Boyer et al. 2015) à un an (Saint Dizier de Almeida 2015).  Certains auteurs précisent les délais par acteur (Prost et al. 2013). Cette variation dépend notamment des contraintes d’organisation qui s’imposent au chercheur ou encore du temps nécessaire pour sélectionner les données filmées dans le cas où le chercheur réalise cette tâche.

Le cadrage vidéo de l’autoconfrontation

Le cadrage vidéo de l’entretien d’autoconfrontation est sujet à débat. La plupart du temps, le cadrage est large (schéma de Faye et Falzon 2009 p.917). Ceci permet d’enregistrer non seulement le discours mais aussi les gestes (Boubée 2010). La difficulté peut résider dans la qualité de l’image de l’activité ce qui suppose une mise en place réfléchie de la caméra, du chercheur et de l’acteur. Certains chercheurs ont alors choisi de centrer l’enregistrement de l’entretien sur les traces de l’activité pour favoriser le travail de lien entre discours et activité (Prost et al. 2013). Dans ce cas, le chercheur analyse surtout le discours et ses liens avec l’activité.

En synthèse, les différentes questions méthodologiques lors d’un entretien d’autoconfrontation sont les suivantes :

Période Critères Caractéristiques Enjeux
Avant l’autoconfrontation simple Echantillon Limité et situé Activité naturelle
Approche terrain Immersion et ethnographie Relation de confiance
Cadrage de la vidéo de l’activité Interne ou externe, mono ou multi-sources Représentation fidèle de l’activité
Sélection des enregistrements Non sélection ou sélection par le chercheur et/ou l’acteur Choix des moments pertinents pour l’acteur
Temps entre activité et confrontation Selon la sélection et l’organisation Mémorisation et réflexivité
Cadrage de l’autoconfrontation Large ou centré sur la trace Largeur des données

Tableau 2 Synthèse des choix méthodologiques, entretien d’autoconfrontation simple

Cet article n’est pas un guide de l’autoconfrontation simple mais liste un ensemble de questions méthodologiques. Ces questions trouveront leurs réponses dans la cohérence avec le contexte et la problématique de recherche. Une interrogation devrait en particulier retenir l’attention : comment assurer au mieux la réflexivité de l’acteur ?

Bibliographie sur l’autoconfrontation : https://presnumorg.hypotheses.org/231


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 20/10/2016

    […] article : présentation de la méthode et questionnement méthodologique AVANT l’entretien : https://presnumorg.hypotheses.org/235), les interventions du chercheur participent à la construction des données de recherche et sont […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *