Qui est l’internaute observaCteur ?

Pour citer cet article : Daniel Pélissier, "Qui est l’internaute observaCteur ?," dans Présence numérique des organisations, 04/06/2015, http://presnumorg.hypotheses.org/25.

De nombreuses recherches s’intéressent aux internautes investis dans les outils numériques qui publient des tweets, des statuts, des billets de blogs… notamment car ils sont accessibles et symbolisent aussi les évolutions du numérique. Mais quid de la grande majorité de ceux qui ne laissent que de « vraies » traces invisibles dans le cache de leur navigateur, les serveurs de leur FAI ou de Google ? Comment nommer ces internautes qui butinent sur le web des informations notamment sur les organisations ?

Un internaute passif ?

L’internaute est spectateur mais pas passif et reçoit le message de l’entreprise qui, bien qu’élaboré et potentiellement déterministe, ouvre des possibles comme l’ont montré par exemple les ‘cultural studies’ : « [cette enquête] a le mérite de montrer, contre les thèses sur l’homogénéisation culturelle, la variété des lectures qui peuvent être faites d’un produit aussi standardisé qu’une série télévisée américaine » (Molénat 2008 p. 241). Les raisons de cette perception sont complexes et convoquent la métaphore (Bougnoux 2001 p. 52) ou encore des jugements sociaux (la sociosémiotique Klinkenberg 1996 p. 273). L’internaute spectateur reçoit un message institutionnalisé, contextualisé, multiple et interprète selon ses propres représentations l’information. Comprendre ce phénomène de réception est complexe car l’internaute est actif quand il reçoit même s’il ne laisse pas de traces de sa réception sur internet, ce qui n’arrange pas les chercheurs…

 

De l’internaute-récepteur à l’internaute-observacteur

 

La figure de l’internaute récepteur est ainsi très répandue mais peu étudiée scientifiquement. Plus difficile d’accès, moins engageant peut-être, il semble être actuellement le parent pauvre des publications. Le nommer est une première étape pour contribuer à lui donner une existence dans le champ scientifique. Si internaute spectateur peut être écarté pour les raisons présentées précédemment, d’autres noms sont possibles.

L’expression d’internaute récepteur a été utilisée dans des études de réception publicitaire : « La première voix que le créatif entend est celle de l’internaute-récepteur qui réagit au message créé. » Courbet et Fourquet-Courbet 2005. Cette formule est ensuite peu utilisée dans la littérature. Un autre adjectif est parfois accolé à internaute : observateur. Elle apparait dans une thèse de science politique : «sur le forum de Luchon, un internaute observateur, s’adressant au webmestre, fait part de son incompréhension face à la suppression du message d’un autre participant » Wojcik 2005 p.282. L’adjectif appuie la qualité de l’internaute et pas son état.

Observateur et récepteur ne couvrent pas le même champ sémantique. Si récepteur correspond bien à la problématique communicationnelle (comme la réception de message publicitaire), elle masque ou oublie d’autres dimensions comme la recherche d’information, sa sélection, sa lecture et sa mémorisation. L’internaute ne fait pas que recevoir le message surtout dans le cas d’internet ou des univers numériques. L’expression internaute- observateur semble plus à même de couvrir l’ensemble des activités de ce type d’usagers. De plus, elle montre en creux des processus mentaux plus riches que la seule réception en référence aussi à certaines approches de psychologie sociale (heuristiques).

Enfin, J.L. Weissberg a proposé le terme de ‘lectacteur’ (Weissberg 2001) à la suite des specactes qui marquaient l’interactivité des nouvelles formes de spectacles (Weissberg 1999). Cet auteur explique que l’utilisation du mot ’lecture’ est caduque en raison des évolutions technologiques et en particulier les hypertextes, « d’où la nécessité de trouver une désignation qui rende compte de Y acte inséparablement gestuel et mental dans l’appropriation matérielle et intellectuelle des documents ; l’acte, au sens d’un travail : cliquage, mouvements de souris pour dimensionner ou fractionner les écrans, etc. Je propose donc de la nommer lectacture » Weissberg 2001 p. 64. Ce terme a l’intérêt de mettre en évidence l’action du lecteur liée aux nouveaux médias mais est centré sur le scriptural : «on peut aussi (j’incline vers cette position) réserver lectacture à la fréquentation  de documents à dominante scripturale et rechercher un terme plus général pour inclure la réception de contenus hypermedias : hypermédiature, spectacture » (Weissberg 2001 p. 65). L’internaute-spectacteur serait alors plus adapté à cette recherche puisque les candidats à une offre d’emploi lisent des discours mais consultent aussi des vidéos, des infographies. Cette expression nous semble cependant trop proche d’internaute-spectateur d’autant plus qu’elle est utilisée dans le domaine artistique  pour marquer des pratiques actives des spectateurs. Internaute-observaCteur souligne plus nettement les différences tout en présentant l’inconvénient de ne pas souligner suffisamment l’action dans les usages de l’internaute. C’est pourquoi sera utilisé par la suite le terme d’internaute-observacteur qui se démarque de spectateur et de récepteur mais intègre l’action de l’individu non passif de la recherche à la réception de l’information.

 

Et si les catégories  simplifiaient trop le réel ?

 

On peut enfin se demander si la dichotomie entre observacteur et acteur est opérationnelle. En effet, tout internaute doit être, a minima, acteur de sa navigation et tout acteur passe aussi par des phases d’observations. L’observation et l’action pourraient se répartir sur un continuum sans avoir précisément à les repérer. Mais cela appauvrirait les différences d’usages et masquerait une part importante de la réalité des comportements des internautes. Une même personne peut être observatrice ou actrice selon les moments, les dispositifs… Le terme observateur se définit de la façon suivante : « Personne qui observe avec attention, qui a le sens de l’observation » (dictionnaire lexicographique CNRTL). L’observaction correspondra, dans cette recherche, alors à un comportement de l’internaute ne produisant pas de contenu de façon volontaire et observant, par la navigation, le contenu existant. En effet, s’il est impossible de ne pas faire de traces (Merzeau 2010), il est possible de ne pas en produire volontairement. Etre internaute-observacteur correspond ainsi à ce profil particulier qui, pour être étudié scientifiquement,  exige des approches et méthodes différentes de celles utilisées pour les internaute- acteurs qui, eux, laissent des traces publiquement observables par le chercheur.

Mais nommer comporte le risque de stigmatiser, isoler, simplifier. Puisque l’internaute-observacteur a un nom, il n’existe pas… De quoi l’internaute observaCteur est-il le nom ?

 

Pour citer cet article : Daniel Pélissier, "Qui est l’internaute observaCteur ?," dans Présence numérique des organisations, 04/06/2015, http://presnumorg.hypotheses.org/25.

 

Bibliographie format IEEE :

D. Bougnoux, Introduction aux sciences de la communication. La Découverte, 2001

D. Courbet and M.-P. Fourquet-Courbet, “Les processus psychologiques lors de la création publicitaire,” Hermès, La Revue, vol. 1, no. 41, p. Les processus psychologiques lors de la création publicitaire, 2005.

J.-M. Klinkenberg, Précis de sémiotique générale. Points, 1996.

Molénat, “La réception, une énigme sociologique,” in Communication, un état des savoirs, Sciences Humaines., 2008, pp. 239–245.

J.-L. Weissberg, Présence à distance. Déplacement virtuel et réseaux numériques. Pourquoi nous ne croyons plus à la télévision. L’harmattan, 1999.

J.-L. Weissberg, “Figures de la lectature. Le document hypermédia comme acteur,” Communication et langage, vol. 4ème trimestre, no. 130, pp. 59–69, 2001.

Wojcik, “Délibération électronique et démocratie locale : le cas des forums municipaux des régions Aquitaine, Languedoc-Roussillon et Midi-Pyréneées,” Toulouse Capitole 1, 2005.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 20/10/2016

    […] d’autres traces que les logs sur les serveurs des fournisseurs d’accès (voir article : https://presnumorg.hypotheses.org/25). L’étude de ces internautes est problématique. En effet, si l’approche compréhensive, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *