Comment comprendre l’internaute observaCteur ? La méthode de l’autoconfrontation simple Partie 2 : PENDANT l’entretien

Pour citer cet article : Daniel Pélissier, "Comment comprendre l’internaute observaCteur ? La méthode de l’autoconfrontation simple Partie 2 : PENDANT l’entretien," dans Présence numérique des organisations, 20/10/2016, https://presnumorg.hypotheses.org/259.

Pendant l’entretien de confrontation (voir aussi article : présentation de la méthode et questionnement méthodologique AVANT l’entretien : https://presnumorg.hypotheses.org/235), les interventions du chercheur participent à la construction des données de recherche et sont ainsi analysées dans la littérature de recherche sur ce thème. Que ce soit les consignes ou les questions posées ou le défilement, nous examinerons les enjeux de ces questions.

Consignes de départ

Les consignes de départ de l’entretien d’autoconfrontation sont claires et données au début par le chercheur (Faye et Falzon 2009). Certains articles proposent la retranscription des consignes in extenso (Safin et al. 2016). Dans tous les cas, cette première étape de l’entretien porte des enjeux forts pour la qualité des données. Si des consignes claires ne garantissent pas le processus, elles peuvent au moins avertir l’acteur des attentes du chercheur et en particulier de la centration sur l’activité et non la rationalisation de l’activité. (Faïta et Vieira 2003 p. 130). En effet, un des intérêts de l’entretien d’autoconfrontation est de mieux comprendre les mécanismes cognitifs de l’acteur lors de son activité. Le risque de généraliser l’activité et transformer ainsi l’acteur en spectateur de sa propre activité peut être limité par des consignes claires.

De plus, les consignes signalent implicitement la posture du chercheur par rapport à l’acteur. Certains auteurs conseillent la naïveté pour favoriser la confiance des acteurs sans crainte d’être jugé (Boyer et al. 2015 p. 87). D’autres au contraire souhaitent éviter cette perception pour éviter un discours par trop explicatif et généralisant (Thereau 2010 p. 309). Dans cette situation, le chercheur est considéré comme un partenaire (Faïta 2007, Bonnemain et al. 2015) qui favorise le travail de mise en mot de l’activité de l’acteur. Si cette posture n’est pas affirmée seulement dans les consignes mais tout au long de l’entretien, le début de l’entretien nous semble être un moment favorable pour poser cette idée.

Défilement

La gestion du défilement de l’enregistrement est confiée soit au chercheur (Clot 2000, Faye et Falzon 2009), soit à l’acteur (Saint Dizier de Almeida 2015, Campo et al. 2016) soit aux deux (Mollo et Falzon 2004, Thereau 2010). L’acteur est informé de cette organisation au départ de l’entretien pendant la consigne. Cette décision porte différents enjeux : elle colore la teneur de l’entretien plus ou moins directif et si le chercheur intervient, l’objectif est de remettre dans une situation dynamique (Thereau 2010 p. 304) l’acteur qui peut dériver vers des généralisations, des évaluations ou des justifications (Rix Lièvre 2010 p. 370). En effet, l’arrêt du défilement peut valoir une relance implicite (Rix Lièvre 2010). Cette organisation est peu questionnée dans la littérature ce qui explique la diversité des situations. De même, l’intervention du chercheur dépend aussi des réactions de l’acteur (Rix Lièvre 2010). En effet, le chercheur, par son écoute, choisira des moments de pause ou de retour en arrière. Les interventions du chercheur ne sont ainsi pas indépendantes du comportement de l’acteur. Enfin, cette répartition des tâches peut dépendre des acteurs qui sauront ou pas gérer cet aspect de l’entretien.

Questions externes

Les questions externes sont rarement traitées dans la littérature en ce qui concerne cette méthode ; elles sont définies comme : « une intervention directrice introduisant un thème nouveau ; alors qu’une relance prend pour objet les dires de l’interviewé » (Saint Dizier de Almeida 2015 p. 311, note1). Elles peuvent servir à introduire l’analyse d’une nouvelle séquence ou une mise en situation. L’autoconfrontation est par nature favorable plutôt aux relances qui permettent de rester centré sur le discours de l’acteur contrairement à certains entretiens qualitatifs semi-directifs. De même la frontière entre une question externe et certaines relances directives peut être floue. Ainsi, les questions externes sont rarement évoquées ou utilisées.

Relances

L’autoconfrontation s’accompagne de relances de nature différente selon les auteurs. Certains préconisent de suivre les principes de l’entretien d’explicitation  de Vermersch (1994) (Theureau 2010 p. 295, Prost et al. 2013 p. 26, Nguyen et Cahour 2014 p. 67). Dans ces cas, les règles de relance permettent de centrer l’acteur sur l’activité et d’éviter la justification, la généralisation. Les relances utilisées sont ainsi <vides de contenu> ou <en écho> qui consistent à reprendre les termes utilisés par l’acteur (Prost et al. 2013 p. 26). De même, J. Theureau (2010) préconise l’absence de « Pourquoi » (Theureau 2010 p. 295) pour éviter une dérive de l’entretien vers des explications ou des justifications externes à l’entretien. D’autres auteurs ne font pas référence à Vermersch pour justifier leurs principes de relance (Boyer et al. 2015, Boubée 2010, Mollo et Falzon 2004, Giger et Ozaeta Elorza 2014). Mais les objectifs restent sensiblement les mêmes : « posture de spectateur et non d’acteur, tendance à la justification plutôt qu’à la description, ou encore centration sur les éléments auxquels l’acteur n’a pas pu avoir accès en situation » (Boyer et al. 2015 p. 95 note10). Dans les deux cas, les relances permettent de centrer l’acteur sur la description de l’activité.

Mais ces relances peuvent aussi avoir des limites. En effet, J. Theureau (2010) note qu’elles peuvent fragmenter le discours et la quête du détail par le chercheur peut diluer le fil de la description de l’activité. De plus, si l’entretien est centré sur l’activité, vouloir éviter tout écart peut aussi empêcher la bonne compréhension de l’activité : « à la différence des méthodes de conduite d’entretien, l’autoconfrontation ne saurait être guidée en privilégiant une activité de l’acteur centrée sur la seule référence au vécu, et en excluant par conséquent toute forme de digression ou de modalisation » (Faïta et Vieira 2003 p. 143).

Il peut alors exister des cas, rares, d’entretiens d’autoconfrontation sans relance : « il [l’acteur] a pour consigne de décrire son activité, de dire ce qu’il fait, pourquoi il le fait, les procédures et techniques qu’il utilise. Cette consigne est communiquée par le chercheur en début de séance. Le chercheur est présent durant l’autoconfrontation pour résoudre d’éventuels problèmes techniques (manipulation de la télécommande) » (Saint Dizier de Almeida 2015 p. 315). Cette recherche a montré que l’usage de relances modifiait la perception de l’entretien par l’acteur : « dans l’autoconfrontation sans relance, il ressort que l’enjeu perçu par le professionnel est de livrer son expertise, alors que dans l’autoconfrontation avec relances l’enjeu est davantage de faire comprendre son expertise au chercheur » (Saint Dizier de Almeida 2015 p. 329). Ainsi, si les relances sont la plupart du temps utilisées dans l’autoconfrontation, leur rôle n’est pas neutre et elles ont des limites à questionner.

Les choix sur la gestion du défilement et les relances nous semblent former une cohérence. En effet, elles se fondent, de façon explicite ou implicite, sur une posture du chercheur qui va de l’interventionnisme à l’absence de contraintes.

Ces décisions nous semblent faciliter le discours de l’acteur par une mise en confiance. De même, des relances plus directives, centrées strictement sur l’activité et une gestion du défilement par le chercheur, donnent une modalité différente à l’entretien. Si l’autoconfrontation ne peut être modélisée, un questionnement sur ces deux choix méthodologiques nous paraît pouvoir améliorer la cohérence de la posture du chercheur.

Période Critères Caractéristiques Enjeux
Pendant l’autoconfrontation simple Consignes Claire, oriente les commentaires Eviter les dérives généralisantes, instaurer une posture
Défilement Chercheur et/ou acteur Contrôle de la centration sur l’activité
Questions externes
Relances Explicitation, ouvertes Centrer sur l’activité, éviter le spectateur
Retour d’informations

Tableau 1. Synthèse des questions méthodologiques, autoconfrontation simple

 

L’autoconfrontation suppose ainsi de nombreux choix méthodologiques qui, une fois explicités, peuvent permettre de mesurer les apports et les limites de cette méthode.

 

Bibliographie sur l’autoconfrontation : https://presnumorg.hypotheses.org/231


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *