Pourquoi certaines organisations subissent-elles le phénomène de déliaison ?

La déliaison se définit comme un : « jeu, dérangement, commencement de séparation ou de désunion plus ou moins prononcé survenant dans les pièces de construction d’un navire (d’apr. Bonn-Paris 1859)» (Dictionnaire CNRTL).

Cette première définition appliquée au domaine maritime met en évidence la perte de lien entre éléments appartenant à une même entité. Cette idée se retrouve dans l’utilisation du terme dans plusieurs domaines scientifiques.

Usages scientifiques de la déliaison

En sociologie, la déliaison sociale désigne la perte du lien entre un individu et son milieu social. Opposé au lien social, la déliaison peut avoir des effets destructeurs et représente un risque à la fois pour l’acteur et le groupe social (Nayrou 2011). Elle est associée à l’absence de partage culturel et à l’anomie, l’absence de norme. La sociologie met plutôt en avant les risques de la déliaison, le lien étant considéré comme le fondement d’une société.

La psychanalyse utilise aussi cette notion mais dans un sens différent en valorisant ses effets bénéfiques par exemple pour l’adolescence : « la déliaison met en œuvre un processus inverse qui, en défaisant ce qui a été lié précédemment, restitue une part de liberté qui rend possible l’intégration de la nouveauté, de la surprise, du changement, et l’instauration de nouvelles liaisons introjectives » (Matot 2011, p.183). La déliaison est associée à la liberté alors que la liaison renvoie plutôt au contrôle, à l’unité rassurante. Dans cette perspective, la déliaison est un processus temporaire qui permet la création de nouvelles liaisons.

Ces deux approches, loin d’être exhaustives (voir aussi la linguistique, l’analyse cinématographique etc.) montrent comment ce concept peut être abordé selon des présupposés différents mais un sens commun de perte de lien.

La déliaison numérique

En Sciences de l’Information et de la Communication, L. Merzeau (2013) a utilisé ce terme pour alerter sur les risques de déliaison entre une information et son contexte :

« dès leur production, elles sont agrégées à d’autres données, stockées dans des réservoirs distants, disséminées dans quantité de sites et font l’objet de calculs qui produisent à leur tour d’autres données » (Merzeau 2013a, p. 124).

L’internet délie par exemple les données lorsque la description d’un site est replacée dans la liste de réponse d’un moteur de recherche ou encore dans les applications de calcul de l’e-réputation :

youseemiibnp

Figure 1.  Calcul Youseemii pour BNP Paribas, consulté le 7 septembre 2016, http://www.youseemii.fr/

Dans l’exemple ci-dessus, les différentes traces contenant les mots clefs « bnp paribas » sont associées pour calculer un score de ‘présence numérique’, 72,2 (sur 100) dans ce cas. Un ‘indice web’ est aussi proposé et correspond à une quantification non explicitée de la présence de la BNP Paribas sur internet à ce moment précis. Des traces, pas nécessairement produites par cette banque, sont ainsi déliées de leur contexte d’origine pour être retraitées et présentées sous la forme de scores. L’homonymie pose problème par exemple. En effet, certains noms comme « Société Générale » sont utilisés dans des contextes très différents mais seront amalgamés par le phénomène de déliaison du contexte de production et reliaison dans un site internet différent. Les données ‘rebondissent’ ainsi de sites en sites sans que les liens entre l’information et le contexte qui en font le sens soient questionnés ou repris.

La patrimonialisation comme réaction à la déliaison

Dans ce cas, le phénomène de déliaison, malgré les performances technologiques qu’il suppose, est un risque pour la qualité des données. Une réaction possible est de patrimonialiser ses traces (Merzeau 2013 b p. 44) pour refaire le lien, le contexte qui entourent les traces.

Certaines organisations ont développé des « Social Wall » qui regroupent volontairement les données des réseaux socio-numériques sur lesquels elles sont inscrites. Cette démarche pourrait ressembler à la patrimonialisation dans un contexte organisationnel mais qui modifie sensiblement la finalité :

socialwallca

Figure 2. Social Wall du Crédit Agricole, https://mediasociaux.credit-agricole.com/

Cet exemple montre aussi la relativité du déterminisme de la déliaison sur les différents types d’organisation. Si par nature toute donnée numérique peut-être déliée, la possibilité de la relier, de la re-contextualiser dépend des compétences et ressources de l’organisation. Certaines organisations sont ainsi proches de certains individus et ont peu de recours face à cette déliaison numérique. D’autres peuvent jouer avec les dispositifs pour se dégager de cette influence. De façon plus générale, certaines organisations seraient-elles des individus comme les autres ?

 

Bibliographie

Matot, J.-P. (2011). Place des processus de déconstruction dans l’appropriation subjective à l’adolescence. La psychiatrie de l’enfant, 54(1), 175‑200. doi:10.3917/psye.541.0175

Merzeau, L. (2013 a). L’intelligence des traces. Intellectica, 59, 115‑135.

Merzeau, L. (2013 b). Identity Commond : du marquage au partage. Dans Identités numériques (p. 35‑49). L’harmattan.

Nayrou, F. (2011). L’échec du travail de culture dans l’anomie de la déliaison sociale. Revue française de psychanalyse, 15(4), 979‑993. doi:10.3917/rfp.754.0979


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *