« Trace », vous avez vraiment dit « Trace » ?

Trace numérique ici, trace numérique là, et si on prenait quelques minutes pour réfléchir d’abord à la trace avant de l’associer au numérique.  L’histoire du concept de trace est riche d’enseignements et vous verrez comment la philosophie et la sémiotique pourront nous éclairer pour ne pas fuir trop vite le problème de la définition.

Analyse historique des réflexions sur la trace

L’analyse historique d’une recherche sur un concept permet de mieux comprendre les enjeux scientifiques, la formation et la déformation des analyses. Cette approche de déconstruction est susceptible de mettre en évidence des continuités, des ruptures et des représentations implicites dans les définitions de la trace numérique.

Dans le champ des Sciences de l’Information et de la Communication, Alexandre Serres a publié en 2002 une première analyse du concept de trace (Serres 2002) en le reliant à différents courants de recherches externes aux SIC (philosophie, histoire, psychanalyse). Plutôt que de définir la trace, il la caractérise comme empreinte, indice, mémoire et écrit. Il souligne déjà les enjeux liés aux traces numériques : « cette question se pose aujourd’hui avec acuité, et de manière très concrète, avec les phénomènes de la numérisation des traces et des signes, et avec les outils de traitement de ces traces » Serres 2002 p.15.

Etonnamment  absente de la littérature pendant 6 ans, la trace numérique revient en force en 2008 et surtout 2009 avec un numéro spécial de la revue Hermès qui fonde les premières recherches importantes. Louise Merzeau propose une première lecture du concept de trace (Merzeau 2008 p. 2 : « C’est une entité informationnelle, définie par la collection des traces qu’il dépose au gré de ses connexions : requêtes, achats, téléchargements, contacts, géolocalisations, évaluations, mais aussi contenus produits, sélectionnés, diffusés, etc. ») sans citer Alexandre Serres. Dans la même lignée et plus tard, Alain Mille propose une définition de la trace comme : « la trace numérique est constituée à partir d’empreintes numériques laissées volontairement (ou non ?) dans l’environnement informatique à l’occasion de processus informatiques » Mille 2013 p. 8-9. Ces chercheurs sont centrés sur l’analyse des traces numériques (dénonciation des risques associés aux traces dans les écrits de L. Merzeau à cette époque, analyse des traces numériques comme outil de recherche pour Alain Mille) mais décomposent peu le concept en séparant la ‘trace’ du ‘numérique’.

Ce travail sémantique sera fait par un sémioticien de l’écriture, Yves Jeanneret à partir de 2011 : « la trace est un objet inscrit dans une matérialité que nous percevons dans notre environnement extérieur et dotons d’un potentiel de sens particulier, que je propose de spécifier comme la capacité dans le présent de faire référence à un passé absent mais postulé. » Jeanneret 2011 p. 61. Il remet alors en cause l’approche indiciaire qui fonde l’approche de la trace et met en garde contre les confusions entre signe, indice et trace dans une perspective peircienne. De même, Béatrice Gallinon-Mélenec et Sami Zlitni précisent qu’ « il n’existe pas encore aujourd’hui de définition précise communément admise de la notion de trace numérique » (Galinon-Mélénec et Zlitni 2013 p.16). Cette dernière préfère préciser alors la notion et surtout les enjeux de la trace par des recherches centrées sur les perspectives offertes par une analyse transversale du concept de trace appliquée à l’individu.

Plus récemment, le parcours analytique semble s’inverser puisque, après un détour par une analyse du concept de trace, Yves Jeanneret affirme que « seul ce travail de distinction catégorielle, en lieu et place d’une simple reprise plus ou moins allusive de la catégorie diffusante de la trace, permet d’envisager les nouveaux régimes de l’empreinte, de l’inscription et de l’écriture dans les médias informatisée » Jeanneret 2014 p. 53. La définition de la trace numérique, après avoir été orientée par le numérique, semble pouvoir être aujourd’hui plus marquée par la notion même de trace.

Le concept de trace est premier et le transfert au numérique devrait se fonder sur une analyse sémiotique. Cette démarche générale sera adoptée par la suite.

 

La trace, notion complexe

Deux auteurs ont proposé des analyses ciblées du concept de trace : Alexandre Serres (2002) qui a fondé cette réflexion pour le domaine des SIC et Yves Jeanneret (à partir de 2011) qui a poursuivi la démarche avec un regard plus critique sur l’approche indiciaire. Je proposerai d’abord une synthèse de la pensée de ces deux chercheurs sur la définition et les caractéristiques des traces avant de proposer une analyse du transfert au numérique au filtre de la littérature actuelle.

Pour A. Serres (2002 p. 2), la trace a cinq grandes significations :

La trace comme empreinte, comme marque psychique individuelle,

La trace comme indice d’une réalité opaque,

La trace comme mémoire d’une histoire,

La trace comme écriture,

La trace comme ligne.

Chaque sens de la trace correspond aussi à une approche plus communicationnelle. La première analyse fournit des bases de réflexion sur la formation d’impression comme celle du jugement, de la réputation au niveau individuel. La deuxième a inspiré la plupart des recherches actuelles sur les risques des traces numériques. La trace comme mémoire collective interroge sur la redocumentarisation. L’analyse derridienne appuie l’importance de la technique comme moyen de transfert de la pensée et est ainsi liée à l’analyse de l’influence des dispositifs. Enfin, la trace comme ligne renvoie, dans une perspective plus globale, à la traçabilité des individus dans  l’espace numérique.

Ces cinq approches de la trace montrent à la fois la complexité d’un mot pourtant d’usage courant  mais aussi tout l’intérêt de ces analyses pour fonder une réflexion sur les traces numériques.

Dans une même perspective, Yves Jeanneret, à partir de 2011, a mis en évidence toute la complexité du concept de trace en plaidant pour une catégorisation du concept. En effet, la trace masque des notions différentes comme l’inscription ou le tracé qui portent des enjeux différents et plus polysémique que l’indice. Cet auteur met d’abord en exergue l’association presque normalisée ou culturellement partagée de trace avec indice. Reprenant la typologie de Peirce, l’indice a un lien de contigüité avec la réalité qu’il représente. Mais Y. Jeanneret conteste cette proximité de sens entre une trace et une réalité : « S’il existe une indicialité, celle-ci est indirecte. Si l’on revient à Peirce, les exemples donnés par ce théoricien privilégient la notion de contiguïté au sens fort : la girouette est poussée par le vent, le cri du cocher s’entend hic et nunc, le pied a réellement imprimé le sol. Il y a donc coïncidence de la trace au sens physique et de l’indice au sens logique, et surtout coïncidence entre observation du signe et établissement de la causalité. Rien de tel dans la communication écrite. » Jeanneret 2011 p.76. Ainsi, la trace se décompose plutôt en inscription puis tracé. Un acteur décide de laisser une inscription d’un usage, d’une pratique, de façon plus globale, d’une réalité et, pour être communicable dans une culture donnée, cette inscription devient tracé. La trace résultante incorpore un jeu d’acteur et un acte de communication. La trace est alors une réduction, un appauvrissement de ce construit social. Yves Jeanneret résume ainsi son analyse : « Mais pour qu’une représentation de pratique soit présente sur le site – et donc, dans les termes considérés ici, que le texte porte trace d’un usage – il ne suffit pas que cette pratique ait eu lieu. Elle doit avoir fait l’objet d’un acte d’inscription, réalisé par son auteur ou par une autre personne, ou encore engendré par un dispositif d’enregistrement automatique. Ces procédures ont en commun de se matérialiser, pour un public, par un objet visuel prenant la forme d’un tracé interprétable dans le cadre d’une culture écrite donnée. C’est en effet transformation de l’indice en inscription, puis de l’inscription en tracé – c’est-à-dire le passage graduel du monde de la causalité à celui de l’expression – qui rend possible une lecture par les uns de ce que font les autres. C’est ce triple statut de la trace (indice, inscription et tracé) qui réalise la médiation entre des usages effectués et des usages anticipés. Il s’agit, non d’un phénomène naturel d’empreinte, mais d’un construit culturel qui tient à une élaboration documentaire. » Jeanneret 2011 :1 p. 72.  Centré sur l’écriture, ce raisonnement peut s’étendre à d’autres formes de signes comme les images ou le design d’un site web dont la conception et la diffusion répondent à des stratégies d’acteurs qui se réfèrent à une culture pour former un tracé qui sera ensuite interprété par un lecteur, un récepteur.

Ainsi, si Y. Jeanneret reprend et démontre de façon approfondie la complexité de nature épistémologique du concept de trace comme A. Serres, il ajoute une critique de la notion qui met en évidence les catégories dont elle est formée.

Une philosophe, Sybille Krämer recadre aussi l’utilisation de la trace en insistant sur la distinction entre trace et signe : « Une chose qui ne peut que faire l’objet d’une seule interprétation et ne peut avoir qu’une signification n’est pas une trace, mais plutôt le signe de quelque chose » Krämer 2012 p.4. Cette chercheuse oppose le signe à la trace notamment par le sens qu’ils portent. Sa proposition de dix caractéristiques pour une trace démontre toutes les différences entre un signe et une trace. Si certaines renvoient aux risques de dissémination des traces dans le monde numérique (caractéristique 5 : la trace échappe à notre volonté), force est de constater que ce qui est souvent nommé « trace » est plus un signe.

Comme pour Yves Jeanneret, S. Krämer invite à mieux comprendre le concept et l’usage du concept de trace pour mieux le nommer. En effet, l’usage d’un mot porte une lecture souvent implicite et connotée culturellement : « les cadrages théoriques auxquels on se réfère pour aborder les questions que nous adresse le contemporain n’ont rien ni d’anodin, ni de superflu. Une variation dans les cadres de pensée peut impliquer des horizons de recherche, des postures et des questions très différentes » Collomb 2013 p. 12.

La tentation des données

Cette rapide analyse du concept de trace invite ainsi à une critique de l’usage d’un mot. Comme l’identité, la trace semble être devenue un concept « barbe à papa », un  passage obligé pour entrer dans les analyses des risques d’internet. Mais, toutes les données sont-elles des traces ? Peut-on mettre sur un même niveau d’analyse, les données laissées involontairement sur le serveur Google par exemple et les statuts écrits volontairement dans Facebook ?

Une façon d’écarter le problème est d’utiliser un mot plus général qui recouvre toutes ces réalités. Oublions trace, trop complexe, trop polysémique et utilisons « donnée », revenons aux bases techniques !

Mais… alors on masque des phénomènes certes complexes mais aux enjeux trop importants pour être balayés d’un revers de main. Utiliser le terme « donnée » évitera-t-il de poser la question des limites du concept de trace ?

 

Pour citer cet article : Daniel Pélissier, "« Trace », vous avez vraiment dit « Trace » ?," dans Présence numérique des organisations, 19/06/2015, http://presnumorg.hypotheses.org/76.

 

Bibliographie

[1] Arnaud and L. Merzeau, “Introduction,” Hermès, La Revue, vol. 53, no. 9, pp. 9–12, 2009.

[2] Bouchet, “La surveillance numérique au travail,” Hermès, La Revue, vol. 53, no. 1, pp. 85–90, 2009.

[3] Cavazza, “Qu’est-ce-que l’identité numérique ?,” Fredcavazza.net, 2006. .

[4] P.-A. Champin, A. Mille, and Y. Prié, “Vers des traces numériques comme objets informatiques de premier niveau : une approche par les traces modélisées,” Intellectica, no. 59, pp. 171–204, 2013.

[5] Collomb, “Penser la trace numérique : quels paradigmes, quels possibles ? Séminaire Homo Ludens, UQAM (Québec), automne 2013.” 2013.

[6] Collomb, “Et s’il n’y avait pas de trace numérique ?,” in E-réputation : regards croisés sur une notion émergente, lextensoéditions, 2015, pp. 39–48.

[7] Dragan, “Sur la conceptualisation de la trace,” in Quand les traces communiquent… Culture, patrimoine,médiatisation de la mémoire, l’Harmattan, 2014, pp. 21–45.

[8] Dufour Baïdouri, “L’identité numérique : un levier d’innovation pour les marques ?,” Thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication, Panthéon-Assas, 2013.

[9] Galinon-Mélénec and S. Zlitni, “L’Homme-trace, producteur de traces numeriques,” in Traces numériques, de la production à l’interprétation, <halshs- 01080027>., CNRS, 2013, pp. 7–19.

[10] Galinon-Mélénec, “Prolégomènes illustrés de la trace, l’exemple du 20 juillet 1969,” in L’Homme trace, Perspectives anthropologiques des traces contemporaines, CNRS Editions., 2011, pp. 15–31.

[11] Jeanneret, “Complexité de la notion de trace. De la traque au tracé,” in L’Homme trace, Perspectives anthropologiques des traces contemporaines, CNRS Editions., 2011, pp. 59–86.

[12] Jeanneret, “Les harmoniques du Web : espaces d’inscription et mémoire des pratiques,” Médiation et Information, vol. Mémoire et internet, no. 32, pp. 31–40, 2011.

[13] Jeanneret, “La fabrique de la trace : une entreprise herméneutique,” in Quand les traces communiquent… Culture, patrimoine, médiatisation de la mémoire, l’Harmattan, 2014, pp. 47–64.

[14] Krämer, “Qu’est-ce donc qu’une trace, et quelle est sa fonction épistémologique ? État des lieux,” Trivium, no. 10, 2012.

[15] Laflaquière, “Conception de système à base de traces numériques pour les environnements informatiques documentaires,” Université de Technologie de Troyes, 2009.

[16] Latour, “Beware, your imagination leaves digital traces,” Times Higher Literary Supplement 6th, 2007.

[17] Lojkine, “L’invention du dispositif : Surveiller et punir, cours d’initiation à a french theory” 2012.

[18] Lund and A. Mille, “Analyse de traces et personnalisation des environnements informatiques pour l’apprentissage humain,” H. S. Publications, Ed. 2009, pp. 21–66.

[19] Mathias, “Note introductive aux identités numériques,” Presses Universitaires de France, Cités, vol. 3, no. 39, pp. 59–66, 2009.

[20] Merzeau, “Présence numérique : du symbolique à la trace” MEI Médiation et Information, no. halshs-00487255, pp. 153–163, 2008.

[21] Merzeau, “La présence plutôt que l’identité,” Documentalistes, science de l’information, vol. 47, pp. 32–33, 2010.

[22] Merzeau, “L’intelligence des traces,” Intellectica, vol. 59, pp. 115–135, 2013.

[23] Mille, “De la trace à la connaissance à l’ère du Web. Introduction au dossier,” Intellectica, vol. 59, no. 1, pp. 7–28, 2013.

[24] Perriault, “Traces numériques personnelles, incertitude et lien social,” Hermès, La Revue, no. 53, pp. 13–20, 2009.

[25] J.-P. Pinte, “Introduction,” Les Cahiers du Numérique, vol. 7, no. 1, pp. 11–14, 2011.

[26] Sabaayon, “Traces numériques, discrimination et recrutement en Haute-Normandie :  La situation des personnes à limitation fonctionnelle psychique, Tome I,” Havre, 2014.

[27] Serres, “Quelle(s) problématique(s) de la trace ?” Colloque CERCOR, 2002.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 15/11/2016

    […] à la trace est particulièrement bienvenue dans un moment où plusieurs études (voir « Trace », vous avez dit « trace »? et le numéro spécial de la revue Hermès en 2009) s’interrogent sur la possibilité que […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *