De quoi les traces numériques sont-elles le nom ?

Pour citer cet article : Daniel Pélissier, "De quoi les traces numériques sont-elles le nom ?," dans Présence numérique des organisations, 27/08/2015, http://presnumorg.hypotheses.org/94.

Les traces numériques sont souvent évoquées comme risque sociétal mais aussi thème de réflexion et de recherche.  Quand l’usage d’un mot se généralise, il est souvent intéressant de comprendre sa genèse, son utilisation et ses limites, bref, tenter de commencer à le déconstruire. Petit voyage au pays des traces numériques…

 

Sur la trace de la trace numérique

 

Historiquement, la réflexion sur la trace numérique a commencé par une réflexion, non sur la notion de trace mais sur les risques inhérents à la diffusion de celle-ci.

Ainsi, les premiers écrits sur le concept de trace numérique, contourne la définition de la trace. Cette première définition[1] illustre cette approche : « Créer, communiquer, consommer, voyager : toutes nos activités ont désormais une composante informationnelle qui transite par des réseaux numériques. Qu’on le veuille ou non, nous déposons des traces, qui s’enregistrent et se traitent de plus en plus automatiquement selon des procédures plus ou moins concertées. C’est à l’examen de cette nouvelle traçabilité que se consacre ce numéro, pour en décrire les mécanismes et en dégager les enjeux scientifiques, culturels et sociétaux. » Arnaud, Merzeau 2009 p.9. Le vocabulaire est encore peu fixé et des synonymes de trace sont utilisés : contre-marque, signe et même inscription. La notion de risque est très présente dans les articles de ce début de la recherche sur la trace numérique (Perriault 2009 par exemple).

A la même période, la trace numérique est analysée comme outil de recherche dans le domaine informatique par une autre communauté de chercheur qui précise son contenu et ses caractéristiques : « une trace numérique peut être vue comme un ensemble d’enregistrements de données dont l’existence est provoquée par des interactions utilisateur dans le cadre de la réalisation de son activité instrumenté » Laflaquière 2009 p. 15. Cette définition plus technique n’oublie pas l’observateur qui donne à la trace son statut (Laflaquière 2009 p. 11). Dans cette même mouvance, une définition plus précise est proposée de la trace numérique : « Il s’agit d’une suite temporellement située d’observés, qui relève soit d’une interaction entre humains, médiatisée et médiée de diverses façons par ordinateur soit d’une suite d’actions et réactions entre un humain et un ordinateur. Cette trace est éventuellement rejouable, auquel cas, elle devient dynamique. Elle est numérique puisqu’il s’agit d’enregistrements d’actions effectuées sur ordinateur ou d’une version numérisée de vidéo (montrant des humains en interaction ou montrant une capture d’écran lors de cette interaction)» Lund et Mille 2009 p.4. Ces auteurs introduisent la temporalité dans la trace numérique qui renvoie au concept initial de trace qui est « Quelque chose ou quelqu’un est passé par là et je veux savoir ce qu’il en est » (Jeanneret 2011 p.61).

 

La trace numérique a un contenu (des interactions homme machine), porte un enjeu (la traçabilité de l’individu et son aliénation) et se caractérise par un rapport au temps, au passé. La trace numérique est considérée comme un indice permettant de remonter le temps pour atteindre les pratiques informatiques d’un individu voire son identité.

Cette intégration au paradigme indiciaire de Gintzburg est implicite car le concept de trace n’est pas défini.

D’ailleurs, récemment, Béatrice Galinon-Mélénec a noté qu’ « il n’existe pas encore aujourd’hui de définition précise communément admise de la notion de trace numérique » Galinon-Mélénec et Zlitni 2013 p.16.

 

Trace et trace numérique

La trace numérique a ainsi peu hérité de la réflexion sur la trace. D’abord, les synthèses analytiques sur la notion de trace sont postérieures à celle de trace numérique qui ont, en quelque sorte, réactivées celles sur la trace. Par ailleurs, elles ont des postulats différents qui seront maintenant précisés.

 

La réflexion d’Yves Jeanneret (2011) tendrait à préférer le terme de tracé à trace, tracé intégrant les acteurs et leur culture. Les traces numériques volontaires correspondent bien à cette approche tant elles représentent une intentionnalité et un acte de communication. Mais le phénomène de déliaison tend à séparer la donnée de son auteur : « dès leur production, elles sont agrégées à d’autres données, stockées dans des réservoirs distants, disséminées dans quantité de sites et font l’objet de calculs qui produisent à leur tour d’autres données. » Merzeau 2013 p. 124. La trace est-elle un tracé quand elle est ainsi coupée de son origine, de sa création et de son créateur ? Là encore, comme y encourage Y. Jeanneret, la catégorisation des traces éclaire le raisonnement. Certaines traces volontaires inscrites dans des sites web participatifs seront rapidement déliées et remixées par le jeu des moteurs de recherche, des sites d’évaluation… D’autres sont plus fortement contextualisées comme les traces volontaires de sites contrôlés par leur auteur. Dans le cas des entreprises, les traces volontaires laissées par les entreprises sur leurs sites institutionnels sont plus proches de tracés que de traces car elles conservent le contexte de leur inscription (le site web institutionnel) et la volonté de s’inscrire dans une culture (design du site, vocabulaire managérial).

 

Les traces numériques involontaires sont plus difficiles à interpréter. Cibles des dénonciations justifiées et alertes de nombre de chercheurs en science de l’information et de la communication, leur nature est différente non seulement au niveau technique mais aussi sémantique.

Au niveau technique, ces traces ne sont pas le résultat conscient d’un jeu d’acteur mais la conséquence d’un algorithme traitant automatiquement une navigation, une activité sociale. Mais, l’algorithme est conçu par un individu qui inscrit ses choix dans le programme qu’il crée.

Au niveau sémantique, ces traces sont facilement diffusées, partagées et déconnectées, déliées du contexte qui les ont vu naître. Ces traces semblent plus proches des indices que les traces volontaires.

 

La caractérisation des traces par S. Krämer (2012) offre une grille opérationnelle de validation logique de cette hypothèse (traces involontaires=indices).

 

kramer2012

Les traces numériques involontaires ont ainsi les caractéristiques d’une trace. En creux, cette analyse montre aussi que les traces volontaires semblent échapper à certaines caractéristiques comme la matérialité (la trace volontaire ne renvoie pas directement à une réalité, en particulier quand le discours est plus publicitaire qu’informatif) et l’arbitraire (certaines traces sont laissées volontairement par les individus ou les organisations).

 

Dans le monde numérique, tout est-il trace ?

En synthèse, l’usage du mot « trace », s’il est pratique et partagé, me semble parfois abusif. En analysant des cas réels, il apparait que tout n’est pas trace et que d’autres mots comme tracé ou inscription pourraient mieux rendre compte de la nature et des enjeux de certaines réalités. En effet, si une trace numérique, par sa matérialité et sa déliaison organisée par les algorithmes des plateformes du web, crée des risques pour les usagers (entreprises et particulier), un tracé embarque des choix d’écriture, des contextes technologiques et relationnels etc. que la fascination pour les évolutions du numérique ne devraient pas balayer.

Wikipedia définit d’ailleurs la trace numérique comme : « informations qu’un dispositif numérique enregistre sur l’activité ou l’identité de ses utilisateurs, soit automatiquement, soit par le biais d’un dépôt intentionnel. » A force de souligner, à juste titre, la non intentionnalité de certaines traces et les risques afférents,  n’a-t-on pas trop mis de côté l’intentionnalité des internautes ? ou dit autrement, quand une trace est intentionnelle est-ce encore une trace ?

 

Pour citer cet article : Daniel Pélissier, "De quoi les traces numériques sont-elles le nom ?," dans Présence numérique des organisations, 27/08/2015, http://presnumorg.hypotheses.org/94.

 

Bibliographie

  • Arnaud and L. Merzeau, “Introduction,” Hermès, La Revue, vol. 53, no. 9, pp. 9–12, 2009.
  • Galinon-Mélénec and S. Zlitni, “L’Homme-trace, producteur de traces numériques,” in Traces numériques, de la production à l’interprétation, <halshs- 01080027>., CNRS, 2013, pp. 7–19.
  • Krämer, “Qu’est-ce donc qu’une trace, et quelle est sa fonction épistémologique ? État des lieux,” Trivium, no. 10, 2012.
  • Latour, “Beware, your imagination leaves digital traces,” Times Higher Literary Supplement 6th, 2007.
  • Jeanneret, “Complexité de la notion de trace. De la traque au tracé,” in L’Homme trace, Perspectives anthropologiques des traces contemporaines, CNRS Editions., 2011, pp. 59–86.
  • Laflaquière, “Conception de système à base de traces numériques pour les environnements informatiques documentaires.,” Université de Technologie de Troyes, 2009.
  • Lund and A. Mille, “Analyse de traces et personnalisation des environnements informatiques pour l’apprentissage humain,” H. S. Publications, Ed. 2009, pp. 21–66.
  • Merzeau, “L’intelligence des traces,” Intellectica, vol. 59, pp. 115–135, 2013.
  • Perriault, “Traces numériques personnelles, incertitude et lien social,” Hermès, La Revue, no. 53, pp. 13–20, 2009.

 

[1] Une première (?) mention de la trace numérique a été repérée dans un article de Bruno Latour en 2007 : « I am sure that this accumulation of traces has enormous effects for the entertainment industry, for specialists in marketing, advertising, intelligence, police and so on » Latour 2007 p.2. Mais cet article de vulgarisation n’a pas diffusé dans le monde scientifique. Il montre la crainte de la trace et aussi le lien intellectuel entre les recherches de B. Latour et le concept comme le reprendra plus tard Yves Jeanneret.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *