Pourquoi la navigation sur l’internet est-elle une activité complexe ?

La navigation n’est pas une série d’actions impensées, réflexes mais une construction de sens (Ghitalla et Lenay, 2002) que réalise l’acteur pendant son parcours[1]. Nous partageons ainsi la définition de la navigation suivante qui postule que ce processus est pensé et traduit une activité cognitive de l’acteur : « un exercice de construction des espaces subjectifs de compréhension » (Ghitalla et Lenay, 2002, p.12).

De nombreuses études ont analysé la navigation des internautes avec des perspectives variées allant de la navigabilité de sites internet, la lecture, à l’ergonomie ou encore l’efficacité des parcours de recherche (Ghitalla, 2002, Becker et al., 2015). Nous avons synthétisé une série de propriétés d’une navigation pour caractériser cette construction de sens. Ces éléments distinguent deux thèmes principaux : le parcours global entre les différentes pages et la navigation dans une page donnée. Le parcours peut être décrit avec des types de navigation (White et Drucker, 2007) qui peuvent être linéaires (un site après l’autre) ou itératifs (circulation d’un site à l’autre avec des allers-retours). De même, le fenêtrage (Ghitalla, 2002) correspondra à l’ouverture d’onglets en attente ou de nouvelles fenêtres plutôt qu’une succession de pages qui s’ouvrent dans une même fenêtre. La navigation à l’intérieur de la page d’un site internet peut alors être notamment observée par la position du curseur qui permettra de souligner du texte, copier-coller, etc. (Weinreich et al., 2008) ; des scrolls[2], défilements verticaux de la page plus ou moins rapides (Buscher et al., 2012, Becker et al., 2015) ; la lecture de textes avec une durée, des pauses, etc. (Ghitalla et Lenay, 2002) ; des clics sur des liens hypertextes ou des ancres (Buscher et al., 2012, Becker et al., 2015). Tous ces comportements s’inscriront dans une temporalité avec une durée de navigation par page, site, onglet, etc. (Nantel et Berrada, 2004).

Ainsi, la navigation comme construction de sens suppose une activité spécifique à l’internet, activité observable par des clics, des mouvements de curseur, des pauses, etc. mais qui ne doit pas faire oublier que ce comportement est un moyen de construire un sens pour l’internaute.

Dans cette logique, il semble difficile de distinguer des internautes actifs et d’autres spectateurs comme le montrent certaines typologies d’internautes (Deprez et Bertacchini, 2015, p. 228). Les activités peuvent être plutôt abordées par leur niveau d’engagement, leur intensité. Nous considérons que l’internaute navigateur est acteur de sa construction de sens et que sa navigation peut être observée et, comme elle est pensée, peut être ensuite commentée.

 

[1] Ceci ne signifie pas que le parcours est pensé en avance, la sérendipité peut aussi être une activité porteuse de sens. Cette définition (Ghitalla et Lenay, 2002) souligne la nature de l’activité et non sa forme ou son organisation. Elle n’augure pas non plus de la qualité du sens ainsi conçu.

[2] Mouvements verticaux du curseur.

 

 

Bibliographie

* Becker, M., Bastien, C. et Gautier, D. (2015). Patterns comportementaux sur la page d’accueil et performances de navigation sur les sites web. Psychologie française, 60, 159‑171.
* Buscher, G., White, R. W., Dumais, S., et al. (2012). Large-scale analysis of individual and task differences in search result page examination strategies (p. 373‑382). Communication présentée à Proceedings of the fifth ACM international conference on Web search and data mining, Seattle.
* Déprez, P. et Bertacchini, Y. (2015). L’usage du web par l’administration publique : un enjeu de positionnement sur les pratiques des internautes. Communication et organisation, 47, 217‑233.
* Ghitalla, F. (2002). Introduction, la navigation. Les Cahiers du Numérique, 3, 9‑15.
* Ghitalla, F. et Lenay, C. (2002). Les territoires de l’information. Navigation et construction des espaces de compréhension sur le web. Les Cahiers du Numérique, 3, 51‑63.
* Weinreich, H., Obendorf, H., Herder, E., et al. (2008). Not quite the average: An empirical study of Web use. ACM Transactions on the Web, 2(1), 1‑31.
* White, R. W. et Drucker, S. (2007). Investigating behavioral variability in web search. 16th International World Wide Web Conference, 21‑30.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *