Glassdoor, une plateforme numérique comme les autres ?

Glassdoor est une plateforme d’avis[1] de salariés emblématique par son histoire et son fonctionnement. Fondée en décembre 2007 aux Etats-Unis[2], cette entreprise s’est développée autour d’une fonction d’usage, la publication d’évaluations anonymes des entreprises par leurs salariés. Elle arrive en France en octobre 2014, non sans inquiéter ou au moins questionner les services Ressources Humaines des organisations (Husson, 2014). Ce lancement, très accompagné médiatiquement, ne doit cependant pas faire oublier que ce type de dispositif existait déjà en France avec Meilleures-entreprises.fr depuis juillet 2008[3].

Les parties prenantes impliquées sont, pour une première face de ce marché, les salariés qui déposent un avis et les utilisateurs, candidats à un recrutement notamment, qui les lisent pour évaluer l’entreprise. Ce service est gratuit pour ces deux acteurs. La deuxième face de ce marché des avis de salariés est celui reliant la plateforme avec les entreprises qui peuvent créer des comptes gratuits au départ et dont certains services sont payants. Ce marché multiface caractéristique de l’économie des plateformes (Penard et Rallet, 2014) se complète par des annonceurs publicitaires. La nature du service évoquée dans ce billet[4] est de permettre « aux utilisateurs de publier un contenu pour des employeurs quand ils ont été employés par l’employeur »[5]. La plateforme pour cette fonction présente des listes d’avis classés par entreprises en avantages, inconvénients et conseils à la direction (fig. 1).

Figure 1. Extrait de Glassdoor pour BNP Paribas (7/05/2018)

L’accessibilité de ces données publiques a permis des études de leur contenu. Dabirian et al. (2017) ont analysé le contenu de 38 000 évaluations d’employés sur Glassdoor et les classent dans les sept catégories suivantes : la valeur sociale (l’ambiance d’entreprise, son environnement humain, sa culture), l’intérêt du travail (objectifs motivants), l’apprentissage (le sens du travail et l’acquisition de compétences), le développement personnel et la carrière, les aspects financiers (rémunérations diverses), le management (qualité des managers), l’équilibre vie privée et vie professionnelle . De même, Luo et al. (2016) analysent 257 000 commentaires tirés de Glassdoor et les classent selon les neuf catégories suivantes : intégrité, travail d’équipe, innovation, respect, qualité, sécurité, communauté, communication, récompenses. Ces auteurs distinguent alors plusieurs secteurs d’activité pour lesquels cet ensemble est évoqué de façon différente.

Le modèle d’affaire de cette plateforme est basé sur des levées de fonds[6] et le chiffre d’affaires n’est pas publié. Une introduction en bourse est cependant prévue en 2018[7]. Le nombre de salariés serait de 700, la plateforme compterait plus de 34 millions de visiteurs uniques par mois et affirme disposer de données sur plus de 540 000 entreprises dans 190 pays (Dussueil, 2016). La communication du groupe a évolué depuis sa fondation. Considérée comme le Tripadvisor du recrutement au départ (Lewis, 2009), sa mission est plus large et consiste aujourd’hui à « aider les gens à trouver des emplois et des entreprises qui leur plaisent, où qu’ils soient »[8]. Cette évolution est significative de deux mouvements convergents sur ce marché oligopolistique des plateformes d’emploi. D’une part, Glassdoor a d’abord cherché à désintermédier le marché de l’emploi en mettant en contact direct salariés et candidats. Ce mouvement s’est accompagné ensuite d’une réintermédiation une fois la plateforme installée et se positionnant comme le partenaire indispensable à cette nouvelle relation. Observable dans de nombreux secteurs (Beuscart et al., 2016, p. 169), cette logique de désintermédiation-réintermédiation peut aussi être associée à la construction économique d’un marché oligopolistique par un jeu de concentrations successives (Smyrnaios, 2017, p. 71). La fonction d’usage de publication anonyme d’avis de salariés, initiée par Glassdoor, a été intégrée par de nouvelles plateformes comme Meilleures-entreprises en France ou Kununu en Autriche. Puis, les plateformes d’offres d’emploi généralistes comme LinkedIn et Indeed ont aussi adopté cette fonction et forment avec Glassdoor un triumvirat consacré par plusieurs classements[9] et dominant le marché des plateformes d’emploi.

L’histoire de Glassdoor et ses caractéristiques l’apparentent ainsi aux autres plateformes numériques. Son contenu en fait cependant un cas particulier pour les entreprises. Quelles sont les spécificités d’un commentaire de salarié par rapport à un commentaire client ? Les entreprises peuvent-elles intégrer ces avis de salariés sans les contrôler ? Sont-ils des outils démocratiques ou des illusions de confiance ? L’avis est-il vraiment la vie des salariés ?

 

Bibliographie

BEUSCART J-S, DAGIRAL E, & PARASIE S. (2016). Les relations marchandes en ligne. In Sociologie d’internet (p. 141‑192). Paris, Armand Colin.

DABIRIAN A, KIETZMANN J, & DIBA H. (2017). A great place to work!? Understanding crowdsourced employer branding. Business Horizons, Vol. 60, No. 2, p. 197–205.

DUSSUEIL J. (2016, novembre 17). Face à LinkedIn, Glassdoor fait aussi le pari de la transparence sur les salaires. Frenchweb.

HUSSON L. (2014, octobre 14). Comment Glassdoor veut bousculer la recherche d’emploi en France. Consulté 11 mars 2017, à l’adresse https://www.challenges.fr/emploi/comment-glassdoor-va-revolutionner-la-recherche-d-emploi-en-france_43597

LEWIS. (2009, mars 4). 8 Questions with Tim Besse Co-Founder of Glassdoor.com. Impact Interview.

LUO N, ZHOU Y, & SHON J. (2016). Employee Satisfaction and Corporate Performance: Mining Employee Reviews on Glassdoor.com (p. 1‑16). Présenté à Thirty Seventh International Conference on Information Systems, Dublin.

PENARD T, & RALLET A. (2014). De l’économie des réseaux aux services en réseaux. Nouveau paradigme, nouvelles orientations. Réseaux, Vol. 2, No. 184‑185, p. 71‑93.

SMYRNAIOS N. (2017). Les stratégies d’intégration et d’infomédiation de l’oligopole. In Les GAFAM contre l’internet, une économie politique du numérique (p. 71‑86). Bry-sur-Marne, INA

 

[1] Les autres plateformes Meilleures-entreprises, Indeed, Viadéo, Linkedin ont aussi retenu la forme « avis », traduction de l’anglais « review ».

[2] https://www.sec.gov/ ; consulté le 14 mars 2018.

[3] Ce site a changé de nom en 2017 et a choisi la dénomination évocatrice : choosemycompany.com.

[4] Il existe de nombreuses autres fonctions centralisées sur la plateforme comme la comparaison de salaires, les offres d’emploi ou les avis sur le recrutement.

[5] CGU, 3.1. Consentement de tiers sur Glassdoor ; consulté le 14 mars 2018.

[6] 9 levées de fonds pour 204 millions de dollars, https://www.crunchbase.com/organization/glassdoor ; consulté le 14 mars 2018. Par comparaison, Uber a levé 21 millions, Reddit 250 millions et Facebook plus de 2 milliards à la même date.

[7] https://business.lesechos.fr/entrepreneurs/financer-sa-creation/0301355006373-glassdoor-sur-la-route-d-une-introduction-en-bourse-319074.php ; consulté le 7 mai 2018

[8] https://www.glassdoor.fr/about/index_input.htm ; consulté le 14 mars 2018.

[9] Voir par exemple : https://www.betterteam.com/top-job-posting-sites ou https://www.reviews.com/job-sites/ ; consultés le 16 mars 2018.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.