Créer un carnet de thèse dans Hypotheses : quelle drôle d’idée ?

Le site sur lequel vous êtes arrivé.e est un carnet de thèse c’est à dire un site internet dont les textes sont issus des travaux préparatoires à une thèse de doctorat. Au début de cette thèse, une présentation à l’école doctorale allph@ nous a expliqué le dispositif Hypotheses et ayant déjà pratiqué ce type de partages dans d’autres contextes, l’idée m’a semblé intéressante. La motivation de départ était surtout de pouvoir entrer en contact, via les commentaires, avec d’autres chercheurs ou des personnes intéressées par mon sujet de recherche. Comme je travaillais sur la réception de la présence numérique d’une organisation par des candidats à un recrutement, le titre du carnet a repris ce concept de début de thèse ce qui a été, ensuite, l’occasion d’un article dans une revue canadienne.

Ecrire une thèse est un travail de longue haleine, plus un marathon qu’un sprint et le carnet de thèse m’est apparu comme un entrainement efficace pour reprendre une métaphore sportive. C’était aussi une façon de valoriser ce que j’appelais des déchets de taille pour filer une image archéologique car la plupart des articles publiés dans ce carnet étaient des textes utilisés pour les discussions avec mes encadrants. Tous ces textes ne se sont pas retrouvés dans la thèse, certains étaient des pistes explorées mais non retenues, alors pourquoi ne pas les publier par ailleurs ?

Bref, l’idée m’a plu et je me suis lancé quelques mois après le début de ma thèse dans l’insouciance et l’espoir de publications qui chantent.

Des chiffres, des chiffres

Avant d’évoquer ce que ce carnet m’a effectivement apporté, parlons chiffres, statistiques et autres Big Data. Ce carnet contient 34 articles publiés de juin 2015 à juillet 2018. Le rythme de publication a beaucoup varié : 5 le premier mois puis plutôt 1 par mois voire moins ensuite. La première publication du 4 juin 2015 portait sur l’identité numérique de l’organisation et la dernière, avant cet article, était le discours de thèse le 4 juillet 2018, trois ans et un mois après le début.

Le nombre de visiteurs a été très variable selon le rythme de publications : “publish or perish” s’applique aussi aux carnets… En 2015, 4762 visiteurs différents, 6839 en 2016, 16829 en 2017, 16159 en 2018 et 6564 en 2019 en juillet à environ la moitié de l’année. Le bond de 2017 correspond à des publications plus importantes et le ralentissement net de 2019 à une activité nulle depuis la soutenance de thèse en juin 2018.

Les articles les plus consultés sont un article sur l’histoire de la marque employeur et un autre sur un tutoriel d’Iramuteq qui ont apparemment rencontré un public selon ces statistiques mais avec toutes leurs limites. Le thème est très différent mais se retrouve dans mes préoccupations de thèse. Celui sur Iramuteq montre aussi l’intérêt de ce type de lieu d’échange, en dehors des revues, comme un tiers lieu qui a son utilité.

Mais ces statistiques n’ont pas été d’une grande aide pour tenir l’effort de publication de ce type de carnet. D’autres éléments plus qualitatifs ont soutenu le projet.

Le silence éternel de ces espaces numériques m’effraie

Le lecteur d’un carnet de thèse est largement méconnu, selon mon expérience. Rappelons les statistiques annuelles de 16000 visiteurs différents ce qui représente environ 45 par jour et en divisant prudemment par 3 pour prendre en compte les comptages multiples, une quinzaine de personnes par jour. Quand même… Et pourtant très peu de contacts directs. Mais quelques échanges importants :

  • d’abord avec des chercheurs canadiens (bonjour le LabCMO !) qui ont repéré le carnet et m’ont donné l’occasion de participer à un de leurs séminaires ;
  • quelques commentaires très divers : merci à Mathieu Fusi, doctorant lyonnais pour l’unique échange de recherche sur ce carnet ; la discussion avec Rourou a été plus laconique mais positive (“Super intéressant“) ;
  • des discussions avec mes collègues de laboratoire d’abord que ce soit à l’IDETCOM ou au LERASS, parfois étonnés, souvent encourageants la démarche, notamment Robert Boure, fondateur de Mondes Sociaux et grand promoteur d’un discours scientifique hors des murs de l’université ; d’autres commentaires d’étudiants que j’encadrais et qui tombaient au détour d’une navigation sur le site en me demandant s’ils pouvaient le citer et moi de répondre qu’il fallait quand même vérifier la source…
  • une journaliste m’ayant contacté en trouvant un des articles publiés sur la marque employeur ;
  • enfin, la réponse à une enquête sur le lectorat… des carnets de recherche.

Les plus septiques se demanderont alors si tout ce travail était bien nécessaire pour aussi peu de résultats. Quantitativement, le bilan est effectivement maigre mais certains des échanges ont été intéressants et ont eu une influence positive.

Par ailleurs, ce carnet a obtenu assez rapidement un ISSN grâce à Hypotheses et les articles publiés ont ainsi un statut sensiblement différent d’un article de blog même s’ils n’ont rien à voir avec une revue scientifique… bien-sûr. Cependant, ce petit numéro ISSN m’a permis de plus facilement affirmer le carnet dans un CV de recherche.

De même, une rubrique continue à me servir de façon complètement imprévue : l’à propos. Il s’est avéré simple de mettre à jour cette page de mes activités de recherche pour ensuite alimenter le CV sans risquer d’oublier quelque chose.

De plus, j’ai pu présenter ce carnet lors d’un séminaire de mon école doctorale ce qui était aussi une façon de partager et valoriser ce travail.

Enfin, le carnet a été bien utile lors d’un colloque pour permettre aux personnes présentes de télécharger un complément méthodologique à ma présentation.

Mais l’essentiel est sans doute ailleurs

Le premier effet qui me semble important est l’activité de rédaction. En SHS en particulier, une thèse exige une capacité de rédaction non négligeable et publier ces textes a été un exercice intéressant. Mais pas nécessaire diront certains qui penseront que la publication dans une revue est aussi une façon de travailler sa rédaction. Le carnet a été, pour moi, plus une étape intermédiaire avant le grand saut dans les revues, une période de latence, une gestation. Mais pourquoi publier alors ? On peut aussi rédiger, montrer le résultat à ses encadrants et garder tout ça au chaud en attendant un article ou une occasion de publication.  La publication crée une contrainte, la construction d’un lecteur et de son exigence, une obligation morale de qualité qu’un brouillon sur son disque dur n’a pas. Publier un carnet m’a aidé à publier des articles en quelque sorte.

Le deuxième effet, recherché implicitement au départ et ensuite de façon beaucoup plus consciente, a été de vivre la construction d’une identité numérique qui était un des thèmes de ma thèse. Lire des articles sur le thème, comprendre les caractéristiques d’une trace numérique, aborder l’impossibilité de ne pas laisser de traces sont une chose, les avoir vécu en est une autre. Et c’est parfois troublant à plus d’un titre.

D’abord, il est clair que le web se nourrit de données. La donnée appelle la donnée comme un cannibalisme numérique, une spirale infernale. La publication augmente les statistiques qui incitent à accélérer les publications et entrer dans la valse des données quantitatives plus que qualitatives.

Ensuite, la trace est pérenne et les publications d’un jour sont des publication de toujours. Dans le cas d’un carnet de thèse, commencé avec les qualités et aussi les défauts d’un chercheur débutant, la pérennité interroge mais fait partie du jeu, comme n’importe quelle publication.

Plus étonnant est le statut que donne le référencement à ces publications. En effet, les articles de ce carnet sont beaucoup mieux référencés que mes publications dans des revues à comité de lecture. Google préfère les blogs. Et la littérature scientifique se retrouve cantonnée à Google Scholar, dans un monde numérique clos, largement anglo-saxon,  qui rappelle le phénomène des tours d’ivoire. Cette expérience, cette phénoménologie de l’identité numérique a été très stimulante pour cette recherche.

Au-delà, et quand on observe la présence numérique de certains chercheurs américains notamment, une réflexion sur l’intérêt et aussi les limites d’une démarche de digitalisation d’une activité de recherche est sans doute une expérience intéressante pour la suite.

This is the end

Et pourtant cet article sera le dernier de ce  carnet de thèse qui ne sera pas supprimé mais plus alimenté.

J’ai soutenu ma thèse, la boucle est bouclée et mes nouvelles activités de recherche ne correspondent plus à cet objet numérique. Si la volonté d’échanger est toujours présente, la thématique et la nature des articles n’entrent plus dans le cadre d’un carnet de thèse. Et pourquoi pas continuer en faisant évoluer le contenu ?

D’une part, le titre du carnet risquerait de ne plus correspondre aux articles. D’autre part, j’avais décidé d’une ligne éditoriale au début de la rédaction pour tenter de donner une certaine homogénéité de contenu. Cette ligne basée sur le questionnement (tous les articles commencent et finissent par une question) pourrait être poursuivie mais sans doute pas le style et encore moins la façon de traiter le contenu présenté.

Un carnet, dans mon cas, n’est pas un magazine ou une revue ou encore un blog personnel mais plutôt un récit, une démarche exploratoire liée à un moment particulier, qui, comme la thèse gagne à être clôturé, selon moi, pour gagner en cohérence et préparer la suite de l’activité. J’espère simplement que ce petit retour d’expérience pourra vous encourager à tenter l’aventure. Pourquoi pas vous ? 

Autres retours d’expérience et quelques ressources sur les carnets de thèse :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.