L’e-réputation est-elle ‘score quantitatif’ ou ‘réception qualitative’ ?

Pour citer cet article : Daniel Pélissier, "L’e-réputation est-elle ‘score quantitatif’ ou ‘réception qualitative’ ?," dans Présence numérique des organisations, 30/06/2015, https://presnumorg.hypotheses.org/81.

L’e-réputation comme score

Pour savoir si l’e-réputation d’une organisation peut correspondre à un chiffre et un seul comme le laissent croire certaines applications en ligne (Youseemii, Socialmention…), demandons à  53 étudiants :

« Vous proposerez alors une évaluation globale de la réputation employeur de BNP (note sur 10 justifiée) ».

Les étudiants ont répondu en décembre 2014 et étaient en deuxième année de Dut Gea (Gestion des entreprises et des administrations). L’énoncé proposait des ressources dont des liens vers les sources d’information de la présence numérique de la BNP.

Le résultat de l’évaluation des cinquante étudiants a la répartition suivante :

evalbnp

Les notes sont centrées autour de 7 et 8 avec une moyenne de 7,3 et un écart-type de 0, 95.

Même si l’effectif ne permet de valider une répartition dite normale des notes, il apparait que l’évaluation n’est pas unique et que le processus est bien de l’ordre de la réception.

Cependant, le choix de la note comme indicateur de l’évaluation de la présence numérique pose problème. En effet, la même note peut avoir des significations différentes selon les étudiants et, par ailleurs, l’écart de note n’est pas non plus significatif (une note de 10 ne signifie pas que l’organisation est considérée comme un employeur deux fois « meilleur » qu’une note de 5). La répartition étant large, il est toutefois raisonnable de penser qu’une note de 5 correspond à une appréciation différente d’un 9. La note est ainsi  un élément pratique, facile à traiter quantitativement mais laisse dans l’ombre la finesse interprétative de chaque individu.

 

L’e-réputation comme réception

L’e-réputation  peut ainsi être difficilement résumée en un score unique. Au mieux elle sera une moyenne de scores avec des écarts plus ou moins importants, écarts rarement signalés dans les applications actuelles.

Mais si l’e-réputation est un phénomène de réception, alors l’usage même de données quantitatives pose problème. La variété ontologique de la réception conduirait plutôt à des mesures qualitatives obtenues avec des entretiens ouverts.

Mais qui a le temps et l’intérêt de mesurer qualitativement l’e-réputation ?

Pour citer cet article : Daniel Pélissier, "L’e-réputation est-elle ‘score quantitatif’ ou ‘réception qualitative’ ?," dans Présence numérique des organisations, 30/06/2015, https://presnumorg.hypotheses.org/81.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *